états-Unis

Le Sénat confirme Jerome Powell comme nouveau président de la Fed

Cet ancien juriste prendra ses fonctions le 3 février, au terme du mandat de Janet Yellen. Sa volonté d’assouplir la régulation financière ne fait pas l’unanimité

Jerome Powell, choisi par le président Donald Trump pour diriger la Banque centrale américaine (Fed), a été confirmé mardi haut la main à ce poste par le Sénat avec 85 voix pour et 12 voix contre. Jerome Powell était déjà, en tant que gouverneur, membre du directoire de la Réserve fédérale depuis cinq ans.

Cet ancien juriste perçu comme un républicain modéré capable de consensus succède à la démocrate Janet Yellen, devenant ainsi le 16e président de la puissante banque centrale, une institution un peu plus que centenaire.

Agé de 64 ans, il doit prendre ses fonctions le 3 février au terme du mandat de Janet Yellen, 71 ans et première femme à tenir les rênes de la Fed.

Lire aussi: Jerome Powell, un «drôle d’oiseau» à la tête de la Réserve fédérale

En tant que participant au Comité de politique monétaire (FOMC) depuis cinq ans, Jerome Powell a toujours voté dans la direction donnée par la présidente, notamment sur la sortie de la politique d’assouplissement monétaire quantitatif (QE), initiée après la crise financière, et sur la remontée progressive des taux d’intérêt. «Il est temps de normaliser» progressivement les taux d’intérêt, avait-il indiqué lors de son audition de confirmation fin novembre.

L’objectif d’assouplir la régulation financière

Ses positions ne font toutefois pas l’unanimité, comme le montre le vote du Sénat mardi. Même si de nombreux démocrates ont voté pour lui, quelques républicains ont voté contre, notamment le sénateur de Floride et ancien candidat à la présidentielle de 2016 Marco Rubio et le libertaire Ron Paul.

Du côté des démocrates opposés à sa nomination figure la sénatrice Elizabeth Warren, bête noire de Wall Street. En novembre, elle s’était notamment inquiétée de l’intention de Jerome Powell d’assouplir la régulation financière. «Je crains beaucoup que la Fed ne réduise les réglementations imposées après la crise financière sous le leadership de Jerome Powell», avait-elle indiqué.

Lire aussi: La Fed laisse ses taux inchangés

Ce dernier avait assuré qu’il n’y avait plus de banque «trop importante pour faire faillite» après les efforts de la loi Dodd-Frank qui a imposé des normes de capitaux, de liquidités et des tests de résistance.

Il s’était aussi dit prêt à «ajuster» cette réglementation financière alors que l’administration Trump a fait de l’élagage de la loi Dodd-Frank un de ses chevaux de bataille.

Publicité