Analyse

Les seniors auront davantage de fortune et de revenu

Les plus de 65 ans seront 216 000 à 220 000 en 2040 dans un canton de Vaud qui comptera un million d’habitants. Les conseillers d’Etat Pascal Broulis et Philippe Leuba y voient des enjeux majeurs

Le vieillissement démographique est inéluctable. L’espérance de vie augmente de trois heures par jour en Suisse, selon une étude d’Avenir Suisse, et la santé des retraités s’améliore. L’économie des plus de 65 ans «n’est pas un marché mais une économie transversale qui trouve sa déclinaison dans de nouveaux marchés», a affirmé Pascal Broulis, conseiller d’Etat vaudois, lundi lors de la présentation d’une étude prospective sur les plus de 65 ans, soit plus exactement sur la «silver économie».

Cette étude de 112 pages vise à «identifier les tendances lourdes, cerner les enjeux et influencer les politiques futures», précise-t-il. Pour le Conseil d’Etat vaudois, il importe de se demander ce que peut ou ne peut pas faire l’Etat et ce qu’il doit ou ne doit pas faire, par exemple en matière de logement, de santé, de formation, d’innovation, de numérisation.

Forte hausse de la consommation

Le sort des seniors eux-mêmes s’annonce positif. Leur consommation passera de 4 milliards de francs en 2015 à 7 milliards en 2040, selon l’étude. Non seulement les entreprises tirent profit de la silver économie, notamment si elles sont spécialisées dans la santé (création envisagée de 17 000 nouveaux emplois pour les soins), le tourisme et l’assurance, mais aussi les seniors eux-mêmes. Il importe toutefois de distinguer entre la perspective globale et celle de chacun des seniors en particulier.

A lire aussi: Le vieillissement démographique expliqué en deux minutes

Les seniors vaudois seront plus nombreux. Leur nombre devrait s’accroître d’environ 75% d’ici à 2040 pour s’élever à près de 220 000, tandis que le nombre d’habitants du canton devrait augmenter de presque 35% pour atteindre environ un million. Les 125 800 seniors vaudois (plus de 65 ans) représentent aujourd’hui 22% des revenus et 49% de la fortune. Les perspectives sont favorables. «Les revenus et la fortune des seniors vont globalement continuer à augmenter», a déclaré Pascal Broulis.

La fortune bondit au moment de la retraite, en raison du versement des actifs de prévoyance. Selon l’étude, la fortune médiane des seniors est six fois plus élevée que celle des moins de 65 ans.

Les seniors seront non seulement mieux lotis, mais ils seront davantage autonomes et par conséquent plus actifs, «davantage acteurs et créateurs», pour reprendre les mots du conseiller d’Etat Philippe Leuba. Par exemple, ils pourront poursuivre leur vie professionnelle pour améliorer leurs rentes, mais aussi continuer à se former, par plaisir ou afin de conserver leur employabilité, et à former d’autres personnes. Ce rôle d’acteur ne se limite pas au marché du travail. Il ouvre de nouveaux horizons à un secteur du bénévolat à la recherche de participants.

L’un des enjeux consiste aussi à promouvoir l’autonomie des seniors en soutenant le progrès technologique. Les plus de 65 ans sont prêts à se former. Ils étaient déjà 77% à utiliser internet en 2017, contre 62% en 2014. L’effort doit se maintenir.

Lire également: A domicile ou en EMS, les seniors s’ouvrent au monde numérique

En matière de logement, un autre enjeu majeur, le canton de Vaud est à la pointe des efforts visant à maintenir les seniors plus longtemps dans leur propre logement. Il s’agit aussi d’améliorer la mobilité des personnes âgées. Un senior qui vit à un coût abordable dans un vaste espace n’est pas incité à se déplacer dans un lieu de taille plus modeste si le prix est supérieur.

L’espace de vie lui-même doit être rénové et adapté à la silver économie grâce à la domotique. Par exemple, le système de capteurs déposés sous le matelas qui lance une alerte si la personne sort de son lit et n’y revient pas de la start-up vaudoise DomoSafety. La technologie est alors entièrement au service de l’homme, note Philippe Leuba.

L’étude apporte de nouvelles informations sur ce marché encore mal connu. En raison de la marge de manœuvre de plus en plus limitée des cantons par rapport à celle de la Confédération, elle ne porte toutefois par exemple pas sur les assurances sociales. Mais avec ce rapport le canton de Vaud fait à nouveau preuve d’initiative sur un thème difficile et présente divers scénarios.

Même les entreprises privées peinent à aborder le thème de la silver économie, le considérant comme majeur mais trop peu sexy. De nombreuses marques ne veulent pas être associées aux plus de 65 ans. Le marché est d’autant plus difficile à analyser que les seniors eux-mêmes sont réticents à acheter des biens et services prévus pour eux.

Publicité