Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe  Vestager.
© YVES HERMAN / REUTERS

Technologie

Sept clés pour comprendre l'amende record de 5 milliards de francs infligée à Google

Bruxelles accuse la multinationale américaine d’abus de position dominante concernant Android, son système pour smartphone. Jamais l’UE n’avait frappé aussi fort. Google doit s’attendre à des sanctions supplémentaires

C’est un record: jamais la Commission européenne n’avait infligé une amende d’un tel montant. Bruxelles somme Google de payer 4,34 milliards d’euros (5 milliards de francs) pour abus de position dominante concernant Android. Ce système d’exploitation équipe aujourd’hui 85,9% des smartphones. Google a par ailleurs 90 jours pour cesser ses «pratiques illégales», sous peine de nouvelles amendes. La commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, accuse Google d’imposer aux fabricants de smartphones ses propres applications (Gmail, Maps, Chrome…) au détriment de ses concurrents. Cette nouvelle bataille, qui devrait durer plusieurs années en justice, concerne tous les consommateurs.

  • Que reproche Bruxelles à Google?

Lancé en 2008, Android est devenu hégémonique. En 2017, 1,3 milliard de smartphones de Samsung, Huawei, Sony ou LG ont été vendus avec ce système. En face, Apple a vendu 215 millions d’iPhone équipés du système iOS, qui revendique 14% du marché. Si Android est si puissant, c’est parce qu’il est efficace et innovant. Mais surtout gratuit. Les fabricants de smartphones peuvent l’installer sans payer de licence.

Samsung, Huawei ou Sony peuvent modifier Android. Ils ont aussi le droit d’insérer dans le système leurs propres services de messagerie ou de stockage de documents. Ils ne sont pas obligés d’installer Google Maps, Gmail ou Chrome. Le souci, relève Bruxelles, est que si les fabricants de smartphones veulent pré-installer certaines de ses applications – et ils sont quasiment obligés de le faire, vu leur popularité –, ils sont forcés par Google de toutes les prendre. Car la multinationale affirme que ses applications sont conçues pour travailler ensemble. C’est donc tout ou rien. Et les fabricants de smartphones prennent tout.

  • Si Google permet d’utiliser des applications concurrentes, quel est le problème?

La Commission européenne affirme que les consommateurs utilisent les services de Google disponibles et ne sont pas enclins à s’intéresser à des services concurrents. Sur les cinq plus grands marchés européens – France, Espagne, Grande-Bretagne, Allemagne et Italie –, six des applications les plus utilisées appartiennent à Google, selon la société de recherche Comscore.

Margrethe Vestager note que sur les appareils Android, où Google Search et Google Chrome sont pré-installés, plus de 95% des recherches sont effectuées via Google Search. Alors que sur les appareils Windows Mobile – où ces applications ne sont pas installées par défaut –, moins de 25% des recherches sont faites au moyen de Google Search.

Les internautes téléchargent certes des applications concurrentes. Mais ce n’est qu’une minorité. Selon un sondage effectué par la Developers Alliance, association de 70 000 développeurs, 28% des internautes en Europe téléchargent d’autres applications de recherche et 23% un autre navigateur web.

Lire aussi: L’amende européenne record contre Google est aussi une affaire entre Américains

  • Qu’exige Bruxelles de Google?

Notamment en abusant de sa position dominante, Google génère plus de 95 milliards de dollars grâce aux publicités montrées et cliquées par les utilisateurs de Google Search, estime Margrethe Vestager. La Commission européenne, qui a commencé à investiguer sur Android en 2015, demande plusieurs mesures. Google ne doit plus contraindre les fabricants de smartphones à pré-installer l’application Google Search et le navigateur Chrome s’ils veulent avoir la licence pour la boutique d’applications Play Store. La multinationale ne doit plus payer certains fabricants et opérateurs de réseaux mobiles pour qu’ils pré-installent en exclusivité l’application Google Search sur leurs appareils. Enfin, Google doit laisser des fabricants de smartphones vendre des appareils avec des versions d’Android qui n’ont pas été approuvées par l’entreprises américaine

  • Que répond la multinationale?

Google a plusieurs arguments. La société affirme que la gratuité d’Android a permis de démocratiser l’utilisation du smartphone. Elle dit aussi que les fabricants de téléphones sont libres d’installer ou non ses logiciels, et qu’ils peuvent proposer d’autres applications. Toute mesure décidée par Bruxelles risquerait de diminuer l’innovation, d’augmenter les prix et même de diminuer le choix pour les consommateurs, selon la multinationale. Google répète aussi que les internautes peuvent, d’un clic, supprimer une de ses applications et la remplacer par une concurrente.

  • Les mesures demandées vont-elles accroître la concurrence?

Un parallèle avec Internet Explorer est intéressant. Accusé de favoriser son navigateur web au sein de Windows au détriment des concurrents, Microsoft avait accepté, sous la pression de Bruxelles, d’afficher un écran donnant le choix de douze navigateurs, dont Internet Explorer. La part de marché du navigateur de Microsoft passe, en quelques années, de 80 à 12%. Et celle de Chrome, le navigateur de… Google, s’envole pour atteindre aujourd’hui les 60%, selon la société de recherche StatCounter. Rien ne dit que la concurrence sur Android sera exacerbée via les mesures exigées par Bruxelles. Mais c’est possible.

Bruxelles s’inspire peut-être de Moscou. En 2017, la Russie avait infligé une amende à Google et ce dernier avait accepté de pré-installer un autre moteur de recherche sur Android dans le pays, le russe Yandex. Depuis, sa part de marché est passée, en Russie, de 37 à 48%, rappelait cette semaine Bloomberg.

Mercredi, l’association Fairsearch, regroupant plusieurs concurrents de Google, a affirmé que la Commission européenne avait «effectué un pas important pour discipliner Google et son comportement abusif».

Lire aussi: L’Union européenne attaque de nouveau Google

  • Pourquoi Apple n’est-il pas attaqué?

Bruxelles s’en est pris aux pratiques fiscales d’Apple, mais pas à sa stratégie concernant iOS. Pour une raison simple: il conçoit tant le système d’exploitation que le smartphone. Ce qui n’empêche pas Apple de privilégier certains de ses services sur ses iPhone. Sans être inquiété, car il n'est pas jugé en position dominante sur le marché des smartphones.

  • Pour Google, quelle sera la suite?

La multinationale va sans doute adopter une double tactique: attaquer la décision européenne en justice et, en parallèle, proposer ces prochains mois des solutions alternatives. C’est ce qu’elle avait fait après l’amende de 2,42 milliards d’euros reçue le 27 juin 2017 de la part de la Commission. A ce moment-là, la société avait été accusée d’abus de sa position dominante dans la recherche en ligne en favorisant son comparateur de prix Google Shopping. Dans ce cas, ses solutions sont actuellement à l’étude par Bruxelles. La Commission mène en parallèle une troisième enquête sur la société, concernant ses pratiques publicitaires.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)