Innovation

Sept start-up primées par MassChallenge

Elles étaient 75 jeunes entreprises au départ, provenant de plusieurs pays. Sept d’entre elles ont été primées jeudi à Bâle. La plupart d’entre elles sont romandes

Sept start-up ont été récompensées jeudi soir à Bâle, à l’occasion de la finale de l’édition 2017 du programme d’accélérateur MassChallenge Switzerland, dans le cadre du Swiss Innovation Forum. Elles étaient 75 au départ. Pendant quatre mois, elles ont bénéficié d’un encadrement dans l’espace de travail commun d’UniverCité à Renens (VD).

«Parmi ces 75 start-up, la moitié d’entre elles provenaient de l’étranger, aussi bien des Etats-Unis, d’Inde ou d’Allemagne. Mais les start-up suisses, essentiellement romandes, se sont très bien positionnées. Elles présentaient des modèles d’affaires novateurs et prometteurs», explique Juliette Lemaignen, partenaire chez Inartis, une fondation à but non lucratif qui chapeaute, entre autres, les activités d’UniverCité.

Pour cette édition 2017, Moka Studio et TasteHit ont obtenu 100 000 francs chacune. La start-up valaisanne Moka Studio développe des logiciels permettant de créer rapidement et facilement des animations en trois dimensions. De son côté, la start-up lausannoise TasteHit a conçu un modèle à base d’intelligence artificielle générant des recommandations de produits spécifiquement adaptées aux goûts et préférences de chaque visiteur. Plusieurs sites d’e-commerce travaillent déjà avec TasteHit, à l’exemple de Lancel, Aigle ou Gerard Darel.

Arrivée de l’allemand BASF

Les autres projets salués par le jury se nomment ChemAlive, une société romande active dans le secteur de la modélisation chimique. La start-up HaYa, issue du CHUV, veut développer un candidat-médicament contre la fibrose cardiaque. La vaudoise Lymphatica Medtech a conçu un dispositif médical intégrant une micropompe pour le traitement du lymphœdème, un effet secondaire chronique et invalidant lié aux traitements anticancéreux.

De son côté, Alogo Analysis veut réaliser du monitoring de chevaux alors que la start-up genevoise MagicTomato propose des produits frais d’artisans locaux livrés à domicile le jour de la commande passée en ligne. Pour sa part, la société vaudoise Precision Vine a développé une technologie pour suivre la maturation des vignes par drones.

«Au total, 400 000 francs ont été distribués, sans prise de participation dans les start-up lauréates», explique Juliette Lemaignen qui a annoncé l’arrivée du géant chimique allemand BASF dans le réseau d’industriels qui soutiennent MassChallenge. BASF rejoint ainsi les sociétés Barry Callebaut, Bühler, GEA, Givaudan, Nestlé, le Swiss Economic Forum ou la fondation Inartis. Ces entreprises font de la veille technologique.

Par exemple, Givaudan a investi dans la société Sensorwake, une start-up lauréate de l’édition précédente qui développe des réveils olfactifs. MachIQ, également lauréate l’année passée, a récemment annoncé qu’elle avait commencé à travailler avec GEA Group, l’un des plus grands fournisseurs internationaux pour l’industrie de la transformation alimentaire.

Publicité