Le groupe allemand MerckKGaA, propriétaire depuis l'automne dernier de Serono, a réalisé d'excellents résultats l'an dernier. «Le compte de pertes et profits 2006 est le meilleur de la longue histoire de l'entreprise», s'est réjoui son patron, Michael Römer, qui passera le témoin en avril à Karl-Ludwig Kley, ancien dirigeant de Lufthansa.

Ce dernier a par ailleurs révisé à la hausse (200 millions d'euros au lieu de 100 millions) le niveau des synergies possibles avec l'intégration de Serono, devenue la division biotechnologique du groupe sous le nom de Merck Serono. Le bénéfice d'exploitation bondit de 38,6%, à 1,32 milliard d'euros, pour des ventes en hausse de 8,5%, à 6,26 milliards. Ces excellents résultats ne sont pas dus à la partie pharmaceutique du groupe mais à sa forte présence sur le marché des écrans à cristaux liquides. La division chimique représente un tiers du chiffre d'affaires, mais contribue à 58% du bénéfice.

En progression ralentie

Merck Serono navigue en progression ralentie avec son nouveau capitaine. Si l'on exclut les recettes provenant de royalties, le chiffre d'affaires progresse de 6,8% l'an dernier, alors qu'il avait augmenté de 7,4% en 2005 et de 17,2% en 2004. Le bénéfice d'exploitation a chuté de 18,4%, à 134 millions de dollars, au quatrième trimestre. Les ventes globales du produit Rebif contre la sclérose en plaques ont augmenté de 14% sur l'ensemble de l'année, mais la courbe ralentit aux Etats-Unis (+ 19% au quatrième trimestre, contre 26% sur l'ensemble de l'année).

Les détails de l'impact financier de l'acquisition de Serono seront connus en juin. Le groupe annonce 31 projets biotechnologiques en développement, et un budget de recherche de 1 milliard d'euros en 2007.