Faute d'avoir trouvé un acquéreur, Serono va se donner les moyens de procéder à des acquisitions.

Le troisième groupe mondial de biotechnologie a annoncé vendredi qu'il allait soumettre à l'assemblée générale des actionnaires, le 25 avril prochain, l'autorisation d'émettre 7,6 millions d'actions nouvelles d'ici à avril 2008.

Ces nouvelles actions, d'une valeur de marché d'environ 7 milliards de francs, pourraient servir de monnaie d'échange dans le cadre d'une acquisition ou être placées parmi les investisseurs contre de l'argent comptant. L'entreprise genevoise dispose déjà de près de 2 milliards de liquidités.

Sans compter les crédits qu'il pourrait contracter, Serono aura les moyens de jeter son dévolu sur une cible valant 9 milliards. L'entreprise, qui vaut un peu moins de 14 milliards, en Bourse accroîtrait sa surface des deux tiers.

«La revue stratégique annoncée en novembre 2005 est en cours. Elle pourrait conduire à la vente de la société, à une fusion ou a une ou plusieurs acquisitions», a confirmé Serono dans un communiqué. Sur fond des nombreuses rumeurs véhiculées par la presse depuis cinq mois, les analystes avaient privilégié l'option d'un rachat de Serono par un grand groupe pharmaceutique, voire sa vente à des investisseurs financiers.

La mise en œuvre d'une stratégie d'acquisitions n'était considérée que comme un second choix. Elle répond moins bien au souci supposé de la famille Bertarelli de réduire son engagement dans le groupe familial. En effet, l'augmentation du capital ne lui permettrait pas de vendre tout ou partie de sa participation. En revanche, une telle opération réduirait ses droits de vote de 75% actuellement à 56%, selon Olav Zilian, analyste chez Helvea à Genève.

L'acquisition d'une société importante pourrait néanmoins donner l'occasion à Ernesto Bertarelli, le directeur général, de se retirer de la direction opérationnelle. En effet, l'état-major de la société rachetée pourrait reprendre les rênes de l'ensemble du groupe à Genève, suggère un analyste. «Les marchés apprécieraient si un nouveau directeur général était nommé, et ce serait une bonne nouvelle si cette personne avait une expérience de la biotechnologie», a déclaré à l'agence Bloomberg Raoul Paglia, un gérant de Generali à Lugano.

L'action Serono a reculé de 5,6% vendredi. Elle a perdu 13,2% depuis le début de l'année.