Aujourd'hui, la formation continue tient un rôle fondamental dans la vie de tout professionnel, soit parce qu'il est amené à changer de métier au moins une fois dans sa vie, soit parce que les spécialisations ne cessent d'évoluer et exigent une mise à jour permanente. Signe des temps, les services de formation continue des universités suisses et des écoles polytechniques fédérales se sont réunis en une association, baptisée SwissUni Association de formation continue universitaire suisse, et constituée de douze personnes. Le nouvel organe est présidé par Geneviève Auroi-Jaggi de l'Université de Genève.

En 1992, un groupe de travail similaire avait déjà été créé sous l'égide de la Conférence universitaire suisse (CUS). Mais suite à la dissolution de celle-ci en 2000 s'est posée la question de poursuivre la collaboration en matière de formation continue. La réponse a été positive à l'unanimité des responsables des services concernés: «Nous avions besoin d'un statut officiel afin d'être habilités à faire des propositions à l'intérieur des institutions et de donner plus de poids et plus de force à nos initiatives», relève Helene Daphinoff, responsable du Service de la formation continue à l'Université de Fribourg et membre de l'association. Très important, l'association bénéficie du soutien de la Conférence des recteurs des universités suisses. Le nouvel organe poursuit plusieurs objectifs. D'une part, il travaille à une harmonisation des titres délivrés en Suisse par les différentes institutions universitaires, et ceci dans le cadre des accords de Bologne. D'autre part, il souhaite que les formations continues des universités suisses soient reconnues à l'étranger, «non pas sous forme de diplômes, mais de crédits», poursuit Helene Daphinoff, faisant allusion au système European Credit Transfer System (ECTS). Un vaste chantier, dont le succès dépendra de l'engagement de chacun des membres de l'association.