Horlogerie

A elle seule, Hongkong aura plombé l'année horlogère

En novembre, les envois de montres suisses vers leur premier débouché ont encore reculé de 28%. Mais hormis Hong Kong, les exportations horlogères se maintiennent 

C’est la faute à Hongkong. Si, sur les onze premiers mois de l’année 2015, les exportations horlogères ont reculé de 3,3% par rapport à 2014, c’est avant tout parce que l’ancienne colonie britannique ne tient plus son rang de premier débouché.

Selon les chiffres publiés mardi par la Fédération horlogère (FH), les envois de montres suisses y ont encore reculé de 28% en novembre, après une chute de -38% en octobre, un an après les manifestations pro-démocratiques qui ont découragé bon nombre de Chinois à venir y passer leurs congés.

Ce désaveu des Continentaux, conjugué à la hausse continue du dollar de Hongkong, a pesé sur les ventes hongkongaises depuis le début de l’année déjà. Dans son communiqué de mardi, la FH évoque des «réajustements importants du marché local». Sur onze mois, les exportations se sont réajustées de plus de 23% en direction de Hongkong. Etant donné son poids (14% du total), cette déconvenue suffit à plomber l’ensemble des statistiques horlogères suisses.

Bien sûr, la demande fléchit ailleurs. Vers les Etats-Unis par exemple, le deuxième débouché du secteur, les exportations ont reculé de 5,5% par rapport aux onze mois de 2014, alors que les professionnels avaient d’abord vu en l’Amérique du Nord un moyen de compenser le recul asiatique. En Chine (3e marché), le déclin atteint 5,5%, aux Emirats Arabes Unis (10e marché), 8,5%.

L’Europe et l’euro en soutien

Mais 2015 aura aussi livré son lot de bonnes surprises: la France (+11%), le Royaume-Uni (+18,5%), l’Italie (+7,3%) ou l’Autriche (+16,8%) affichent des performances nettement positives. Elles sont alimentées, il est vrai par les achats de touristes, souvent venus de Chine, qui ont profité de la faiblesse de l’euro pour réaliser de bonnes affaires.

Au final, si l’on exclut Hong Kong des statistiques – une différence de 700 millions de francs par rapport à 2014 – les exportations horlogères suisses sont en stagnation cette année. A 19,77 milliards de francs, après onze mois, elles devraient au moins égaler le chiffre de 21 milliards atteint en 2013 – un record à l’époque. Et elles dépassent déjà de 3,5 milliards de francs les exportations de 2010.

 

Publicité