Le groupe pétrolier anglo-néerlandais Royal Dutch Shell a fait une offre amicale sur le producteur britannique d’hydrocarbures BG Group, valorisé 47 milliards de livres (67,3 milliards de francs), ont annoncé mercredi les deux entreprises dans un communiqué commun. Ils réalisent la première méga-fusion dans le secteur pétrolier depuis des années

Les conseils d’administration de Shell et de BG sont tombés d’accord sur les termes de ce rachat, annoncé dans un contexte de chute des cours du pétrole depuis juin 2014.

«Le résultat sera une entreprise plus compétitive et solide pour tous nos actionnaires dans l’environnement actuel de volatilité des prix du pétrole», a expliqué Jorma Ollila, le président de Shell.

Les deux entreprises soulignent leur complémentarité, alors que BG Group – issu de l’ancien British Gas – est bien implanté en Australie et au Brésil, possède une activité importante dans le gaz naturel liquéfié (GNL) ainsi que dans l’exploration en eau profonde.

Dans le détail, Shell propose aux actionnaires de BG Group un mélange de numéraire et d’actions, qui leur permettra de posséder 19% du groupe fusionné.

Shell devrait pour sa part lancer un programme de rachat d’actions d’au moins 25 milliards de dollars sur la période de 2017 à 2020.

Les actionnaires des deux entreprises doivent désormais donner leur feu vert au rachat à l’occasion d’assemblées générales.