Test

La Shield TV, petite boîte multimédia à tout faire

Sa sortie a fait moins de bruit que celle de la Nintendo Switch et pourtant, la Shield TV constitue une alternative fort intéressante pour les amateurs de jeux vidéo et de cinéma. Notre test

PS4, Xbox One, Switch… parmi ces trois consoles de jeux, difficile de savoir laquelle est la plus adaptée à ses besoins. Loin de nous l’idée de vouloir compliquer l’équation, mais une nouvelle venue mérite le détour: la Shield TV du fabricant américain Nvidia. Sortie début 2017 en toute discrétion, elle suit la voie de la dématérialisation et a de quoi séduire bon nombre d’amateurs de jeux vidéo et de cinéma.

Cloud gaming

Un petit boîtier relié au téléviseur, une télécommande, une manette de jeu… Nous sommes bien en présence une console de salon. Mais à y regarder de plus près, une différence saute aux yeux. Inutile de chercher une fente ou un tiroir: la console, vendue 229 euros, n’accepte ni les disques Blu-ray, et encore moins d’éventuelles cartouches: la Shield TV se passe de support physique. Tout se passe en ligne, jeux et films étant exécutés par des serveurs distants qui envoient le flux vidéo vers la console, celle-ci faisant office de relais vers le téléviseur. En d’autres termes, la Shield TV est un boîtier de streaming, ou une console de «cloud-gaming».

Ce parti pris par Nvidia présente certains avantages. Les menus de la console, qui tournent sous la dernière version d’Android, le système d’exploitation de Google, font penser à ce que l’on rencontre sur Netflix: d’impressionnants catalogues de jeux et de films dont on profite instantanément, sans aucun téléchargement préalable. A condition bien sûr de bénéficier d’un abonnement adéquat.

Trois magasins de jeux

Les jeux sont accessibles via trois sources différentes: Android TV, GeForce Now et GameStream. Cela peut paraître confus, mais heureusement tous les titres sont regroupés en un seul catalogue. Les jeux Android TV proposent quelques pépites payantes, un peu anciennes, telles que Half Life 2, Doom 3 ou Brütal Legend.

GameStream ravira les joueurs PC en permettant de jouer sur son téléviseur à un jeu installé sur un ordinateur présent dans la maison. On lance ainsi Assassin’s Creed ou GTA V depuis le PC, l’image apparaît sur la TV. Le confort de la console couplé à la puissance graphique d’un PC: un régal pour les yeux, d’autant que la Shield TV se paie le luxe d’afficher en Ultra HD si le téléviseur le permet. GameStream fait ainsi du pied aux joueurs PC qui ont tendance à snober les graphismes médiocres des jeux sur console.

Un Netflix des jeux vidéo

Ceci se vérifie avec la troisième possibilité de jeux, GeForce Now. Véritable Netflix des jeux vidéo, il s’agit d’un service disponible sur abonnement (9,99 euros mensuels, mais certains jeux nécessitent un paiement unique supplémentaire) offrant des titres accessibles en streaming, et en illimité. Ils sont exécutés sur des serveurs distants équipés de cartes graphiques haut de gamme. Sur ce point, le savoir-faire de Nvidia, premier constructeur mondial de puces graphiques, se fait ressentir: une simple pression de bouton et le jeu se lance immédiatement, avec toutes les options graphiques poussées au maximum. Testé sur des titres très gourmands tels que The Witcher 3, GeForce Now affiche des graphismes en qualité ultra avec une fluidité constante. A condition bien sûr, de posséder une connexion internet rapide (50 Mb/s recommandés pour une qualité Full HD à 60 images par seconde). Testés sur une connexion filaire en 300 Mb/s, les jeux ont fonctionné sans heurt, malgré quelques artefacts visuels occasionnels, vraisemblablement dus à la compression du flux vidéo.

Pour les propriétaires d’un PC qui accuse son âge, la Shield TV offre donc une excellente alternative: moyennant une modeste obole, elle permet de jouer à des jeux dans de meilleures conditions que sur console, sans avoir à investir dans un coûteux PC flambant neuf. Certes, le catalogue est loin d’être parfait, et manque cruellement de blockbusters récents, mais il devrait s’étoffer à l’avenir, les jeux Ubisoft étant notamment attendus cette année.

La manette sans fil fournie, qui évoque fortement celle de la Xbox One, tient bien en main et se montre très réactive. Elle se recharge via un port micro USB. Autre périphérique trouvé dans la boîte, une petite télécommande permet de naviguer dans les menus et de contrôler le volume sonore et la lecture des films. Elle embarque un microphone pour le contrôle vocal grâce à l’Assistant Google. Sur le papier, l’IA de la firme californienne obéira et lancera tel ou tel film ou épisode de série, et pourra même contrôler des objets connectés au réseau domestique (stores, chauffage, lumières…). En pratique, son implémentation n’est pas achevée et il n’est de toute façon pas encore disponible en français.

A l’aise en home cinéma

Quelques mots sur les films: la petite Shield TV décode sans broncher la plupart des flux vidéo, y compris en Ultra HD et HDR. Les formats de son les plus lourds ne lui font pas peur, il est simplement dommage que, petit format oblige, aucune sortie son ne soit présente: il faut obligatoirement rediriger le flux audio de la TV vers son système sonore. A noter en revanche la présence de ports USB permettant de brancher des disques durs externes remplis de fichiers vidéo dont la provenance n’est pas forcément légale…

Au final, difficile de reprocher grand-chose à cette petite boîte noire. Elle devrait séduire les joueurs PC dont la machine arrive en bout de course, ou plus simplement ceux pour qui un abonnement illimité constitue une solution de tranquillité, sans avoir à se préoccuper du matériel. Les amateurs de cinéma en auront aussi pour leur argent. Reste à voir si le catalogue et les promesses en termes de domotique seront bientôt au rendez-vous.

Publicité