Le chimiste de la construction a enregistré sur l’an dernier une progression de 5,9% de sa rentabilité nette, pour un résultat afférent de 687,1 millions. Déjà connu depuis janvier, le chiffre d’affaires a franchi la barre des sept milliards.

L’excédent d’exploitation (Ebit) s’est établi à 945,9 millions, au terme d’une progression de 5,5%, précise le compte-rendu détaillé publié vendredi. Les analystes consultés par AWP anticipaient mieux sur tous les fronts, articulant en moyenne un Ebit de 952,9 millions, un bénéfice net de 691,6 millions et un dividende de 2,07 francs par nominative.

Lire aussi: Après trois ans de conflit, Sika et Saint-Gobain ont trouvé un accord

La direction confirme néanmoins ses ambitions sur le court et le moyen terme. La croissance doit s’établir sur l’année en cours comme sur la prochaine entre 6 et 8%, assortie d’une progression plus que proportionnelle de la rentabilité. Subordonnées au calendrier d’acquisition de Parex, les recettes devront dépasser les huit milliards de francs.

Le groupe prévoit en outre d’ouvrir en 2019 entre six et neuf nouvelles usines et de procéder à de nouvelles acquisitions.

Notre éditorial en août 2017: L’excès de protections tue les entreprises suisses