Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
n/a
© © Getty Images/Westend61

Succession

Le silence est d’argent, la parole est d’or

Comment préserver pour les générations futures les biens acquis de son vivant? En ne remettant pas les choses à plus tard et en associant ses héritiers pour trouver ensemble une solution – par exemple, avec un pacte successoral.

Pour la première fois de sa longue existence, Jean-Pierre Martin (nom modifié) ne savait absolument plus quoi faire. Le grand-père et ancien chef d’entreprise avait vraiment peur que son patrimoine familial, aussi important que parcimonieusement économisé, ne parte purement et simplement en fumée.

Que s’était-il passé? Les discussions autour de l’héritage qu’il souhaitait transmettre à ses trois enfants étaient au point mort. Pire: le climat était devenu tendu et les émotions dominaient. Au point de rendre toute discussion raisonnable pratiquement impossible.

Comprendre les choix des enfants

Tout avait déjà un peu mal commencé il y a plusieurs années, lorsque son fils aîné avait refusé de reprendre sa PME d’installations sanitaires qu’il avait diversifiée en y adjoignant un secteur domotique. Mais ce successeur tout désigné avait préféré étudier l’histoire de l’art et était devenu directeur adjoint d’un musée de renom à l’étranger. Et les deux autres enfants n’avaient montré aucune envie non plus de prendre le relais.

Les choses s’étaient encore péjorées avec une première tentative de reprise de la PME par ses cadres. Et c’était allé de mal en pis puisque Jean-Pierre Martin n’avait finalement eu d’autre solution que de remettre sa PME à un concurrent. «C’est toujours un vrai crève-cœur pour un patron d’entreprise de ne pas trouver une solution pour transmettre sereinement l’œuvre de sa vie», souligne Patrick Bourloud, responsable de la gestion de fortune chez UBS Romandie.

Par chance, même s’ils n’avaient pas apporté la plus-value escomptée, ces différents épisodes n’avaient pas entamé une fortune familiale à la fois cossue et diversifiée. Seulement voilà: la situation avait encore empiré depuis que son fils aîné et sa fille se disputaient pour savoir à qui reviendrait sa belle collection de tableaux qui devait trouver un nouveau lieu d’accrochage après la vente de sa société. Cerise sur le gâteau, ses trois enfants se liguaient désormais contre lui et reprochaient en termes toujours plus vifs de laisser vivoter ses avoirs sur un compte d’épargne au lieu de les placer de façon rentable.

La solution capote tout près du but

Pourtant, la famille Martin était passée tout proche d’une solution agréée par tous. «Les biens immobiliers de la famille avaient été répartis au travers de donations aux enfants et des liquidités suffisantes avaient été mises de côté pour couvrir les besoins financiers de M. Martin et de sa femme jusqu’à la fin de leur vie. Pour régler les choses, les époux avaient conclu un pacte successoral. Ils disposaient en sus de l’usufruit à vie de leur villa», résume Dominique Cazeaux, planificateur patrimonial chez UBS.

Les affaires s’étaient compliquées lors d’une deuxième étape de la planification de la succession. Il fallait alors définir le concept de placement qui devrait couvrir les besoins en liquidités récurrentes du couple pour les prochaines années, en structurant les avoirs en différents pots d’investissement et en incluant une réserve financière. Ce matelas de sécurité devait aussi servir à terme à compenser la valeur de la collection d’art que la fille et le fils aîné allaient se partager sous forme d’avance d’hoirie.

Le plan a pris un peu l’eau car il avait été convenu que les choix de placement concernant cette troisième partie du patrimoine devraient être effectués en concertation avec les héritiers. Mais, au gré d’intérêts divergents, le couple et ses trois enfants n’avaient jusqu’à présent toujours pas réussi à se mettre d’accord sur des investissements concrets.

Respecter les soucis des parents

«L’ancienne génération place souvent son argent comme si la fin du monde était proche. ‘Notre fortune ne va pas suffire’ est une crainte fréquemment exprimée. Même si elle est compréhensible, cette réticence face à tout risque péjore énormément les espérances de rendement. Surtout dans l’environnement actuel de taux historiquement au plus bas», note Patrick Bourloud.

Sans compter qu’avec des placements investis dans des obligations à long terme, le retour attendu d’une inflation plus élevée entraînerait ipso facto une érosion du patrimoine. «Il n’est jamais simple de parvenir à un accord unanime dans une famille. Surtout quand l’enjeu financier se double de tensions émotionnelles, générées chez les Martin par la transmission avortée de l’entreprise familiale...», fait remarquer Dominique Cazeaux.

Quelle a été la solution? «Pour réussir à transmettre son patrimoine dans les meilleures conditions, il est souvent bienvenu d’établir des passerelles avec la génération suivante, voire avec celle d’après», explique Dominique Cazeaux. Dans le cas de la famille Martin, la solution est venue des petits-enfants. Face au blocage de leurs aînés, ils se sont impliqués et ont réussi à convaincre leur grand-père d’investir à long terme dans des actions des domaines de la robotique et de l’e-commerce ainsi que dans le Private Equity.

Les petits-enfants étaient la clé du succès

«Les petits-enfants ont très vite saisi l’importance d’avoir différents buts et horizons de placement ainsi que des réserves financières tactiques. Avec notre appui, ils ont su démontrer à leur grand-père qu’avec une stratégie axée sur le long terme, une pondération plus conséquente en actions permettait d’assurer les rendements nécessaires à la préservation du patrimoine familial sur la durée», indique Patrick Bourloud.

Comme les intérêts bas et l’inflation potentielle menacent les avoirs placés sous forme d’obligations ou sur compte d’épargne, les investissements dans des actifs réels, telles que des actions ou l’immobilier atténuent ce risque de perte de valeur. «Placer à long terme réduit les risques et augmente les opportunités de rendement», résume Patrick Bourloud.

La dernière leçon de l’exemple des Martin: «Régler les questions d’héritage de son vivant est la meilleure solution, car les tensions qui n’auront pas été résolues avant ne pourront que s’exacerber après le décès», indique Dominique Cazeaux. Chez les Martin, les échanges réguliers entre les membres de la famille, l’établissement de la confiance entre les générations, mais aussi le lâcher-prise de l’ancien patron ont contribué à la préservation de l’entente familiale et à la transmission du patrimoine aux générations suivantes.


Check-list

Des mesures actives et ciblées peuvent réduire, voire éradiquer les tensions lors de la transmission d’un patrimoine entre générations:

  • si l'on veut préserver un patrimoine sur plusieurs générations, il convient d'élaborer un concept d'investissement intergénérationnel;
  • la solution prévue devrait être rediscutée périodiquement et ajustée si nécessaire;
  • il peut être judicieux de soutenir les parents en incluant la génération suivante au travers de procurations combinées à des accès via e-banking et/ou mobile banking;
  • il vaut enfin la peine de prévoir un «mandat pour cause d’inaptitude». Cela permet aux familles d’anticiper un cas d'incapacité de discernement. Concrètement: prendre des dispositions pour l’assistance personnelle et la gestion des biens, mais aussi mettre en place les modalités juridiques de représentation.

UBS Family Banking

Pour traiter la question sensible de la succession, UBS FamilyBanking privilégie deux aspects principaux:

Partager équitablement le patrimoine familial:

  • Développement d'une compréhension commune des besoins et désirs propres, tout en tenant compte de la génération suivante.
  • Préparation de la planification financière et vue d'ensemble de la valeur du patrimoine.
  • Elaboration et révision régulière de la solution de succession.

Transmettre, de génération en génération, le patrimoine familial:

  • Développement d'un concept d'investissement propre.
  • Discussion et choix d'une stratégie de placement.
  • Inclusion de la génération suivante dans le processus d'investissement.

ubs.com/familybanking

Dossier
Héritage et succession: ce qu’il faut faire… et ne pas faire!

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)