Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Fin 2017, Siroop avait testé la livraison de petits colis par drones à Zurich. Aujourd’hui, le développement de la plateforme d’e-commerce est gelé.
© Daimler AG

Technologie

Siroop.ch, qui voulait devenir un Amazon suisse, pourrait disparaître

La plateforme d’e-commerce, qui rêvait de livraisons par drones, a été reprise par Coop, qui va la fusionner avec sa filiale Microspot. Son avenir est incertain. En face, Galaxus continue sa croissance

Siroop se rêvait en concurrent d’Amazon en Suisse. Or il risque désormais de disparaître. Lancée en mai 2016, la plateforme d’e-commerce permettait à n’importe quelle société de vendre ses produits sur son site, exactement comme Amazon. Mais en l’espace de quelques jours, plusieurs indications ont montré que le site était en voie de démantèlement.

Lire aussi: Face à Amazon, Coop et Migros musclent leurs plateformes de vente en ligne

A l’origine, Siroop avait été créé par Coop et Swisscom sous la forme d’une coentreprise. Après des débuts uniquement en allemand, une version en français était lancée en octobre dernier. A ce moment-là, Siroop revendiquait un assortiment de 250 000 produits vendus par 250 sociétés. Actuellement, le portail propose un million d’articles de 500 commerçants, parmi lesquels Lego, Apple, Skechers, New Balance et des magasins suisses.

Fusion avec Microspot

Ces chiffres n’ont apparemment pas suffi à assurer le succès de Siroop. Le 12 avril, Coop annonçait, pour le 1er mai, la reprise de la part de Swisscom, pour un montant non communiqué. «Afin d’ouvrir de nouvelles perspectives de croissance, Siroop et Microspot [site vendant surtout du matériel informatique, ndlr] vont maintenant être réunies au sein d’une seule marque», expliquait Coop, qui évoquait aussi la suppression de «doublons». Et en fin de semaine passée, le blog spécialisé Carpathia affirmait que toutes les promotions étaient stoppées et les publicités annulées, que ce soit via Google ou des spots TV. Contacté mardi, Coop a refusé d’en dire plus, indiquant seulement que «les détails du regroupement [avec Microspot, ndlr] sont en cours d’élaboration».

Lire aussi: Ce que l’arrivée d’Amazon va bouleverser en Suisse

Comment expliquer l’échec qui se dessine pour Siroop? «Sans connaître les détails de cette affaire, il est clair que cette plateforme s’est lancée assez tard, alors que le terrain était déjà occupé par Amazon et Galaxus», explique Sascha Jucker, analyste chez Credit Suisse. «Il est aussi possible que la forme d’une coentreprise, qui demande beaucoup de coordination entre les acteurs, n’était pas la mieux adaptée pour un marché qui évolue aussi rapidement que celui de l’e-commerce».

Galaxus se développe

Pour le spécialiste, il y a de la place en Suisse pour un troisième acteur, derrière Amazon et Galaxus: «Le marché est assez grand, mais et il ne suffit pas, pour un vendeur, d’avoir son site web pour que les affaires décollent: ces plateformes proposent une logistique, une marque de confiance et des services informatiques de back-office très importants». Sascha Jucker estime que Coop pourrait relancer Siroop sous une nouvelle forme, «mais qui reste probablement à définir».

Avant de voir ses activités gelées, Siroop avait affiché – comme Amazon – des ambitions dans la livraison par drone. Durant trois semaines, fin 2017, la société avait testé des livraisons par les airs à Zurich, en partenariat avec la société américaine Matternet (qui avait mis à disposition des drones) et avec Mercedes Benz. Une partie du trajet de la livraison était effectué par drone vers l’un de ses véhicules équipé d’une piste d’atterrissage, l’autre par un humain.

Lire aussi: Du café livré par drone à Zurich

En face de Siroop, Galaxus – qui appartient à 70% à Migros –, commercialise 1,2 million d’articles proposés par environ 60 partenaires, tels Ikarus, Beliani, 4mybaby ou Campz, en plus des produits de Globus ou Ex Libris, marques qui appartiennent à Migros. «Nous sommes très satisfaits de notre service pour commerçants, explique un porte-parole. En travaillant avec nous, ils obtiennent une audience importante: plus d’un million de Suisses achètent chez nous au moins une fois par année.» Comme ses concurrents, Galaxus fait payer une commission aux magasins pour chaque article vendu: 15% pour de la nourriture, 8% pour une console de jeux ou 10% pour un vélo.


Amazon livre dans les voitures… comme LeShop.ch

Amazon, qui propose déjà de livrer à domicile même quand le propriétaire est absent, veut désormais aussi livrer les colis directement dans la voiture connectée de ses clients américains, a annoncé le groupe américain en début de semaine. En mars 2017, LeShop.ch avait lancé en Suisse le même service, permettant d’être livré dans des voitures du constructeur Volvo équipées du système «On Call». Le service est disponible à Lausanne, Genève, Berne et Zurich.

Le système «Amazon Key», qui permet d’ouvrir à distance la porte de chez soi via une serrure connectée, est étendu à partir de ce mardi à certains modèles de voitures équipés des systèmes de contrôle à distance des constructeurs General Motors («OnStar») ou Volvo («On Call»), explique le groupe, qui promet que d’autres modèles seront disponibles par la suite. Le service de livraison dans les voitures est proposé dans 37 villes américaines aux abonnés au service payant Amazon Prime. (A.S.)

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)