Les investissements directs des entreprises suisses à l'étranger sont passés de 12 à 20 milliards de francs entre 2002 et 2003, selon les chiffres publiés la semaine dernière par la Banque nationale suisse (BNS). En dépit de cette progression, le niveau reste nettement inférieur à ce qu'il était en 1999 (50 milliards) ou en 2000 (75,5 milliards). On relève par ailleurs que les bénéfices réinvestis représentent un peu plus des deux tiers du montant 2003, tandis que les exportations de capitaux en vue d'acquisitions chutaient de 25 milliards en 2002 à 5 milliards l'an dernier.

Les Etats-Unis ont bénéficié d'un tiers du flux de capitaux suisses (6,7 milliards, contre 3,4 l'année précédente), tandis que la part des investissements directs vers les pays de l'UE s'affichait en recul (6 milliards, contre 7,3 en 2002), reflétant la stagnation de l'économie européenne tandis que l'américaine rebondissait. En 2003, les investisseurs suisses ont même rapatrié 2 milliards de francs d'Italie et autant de France.

Les centres offshore d'Amérique centrale et du Sud ont attiré le montant substantiel de 4 milliards de francs, ceux d'Europe, 3 milliards. Après le désinvestissement constaté en 2002 dans les économies émergentes, 2003 marque un solde légèrement positif de 600 millions, qui reste néanmoins dix fois inférieur à celui de 1999.

Le secteur des services représente la majorité des investissements directs à l'étranger, les sociétés financières et holdings (7 milliards) devançant les banques (6 milliards). L'industrie enregistre un net repli (6 milliards, soit la moitié du montant de 2002).

Enfin, les effectifs des entreprises suisses hors des frontières ont reculé de 1,832 million à 1,808 million de personnes sur un an, la baisse étant plus marquée dans l'UE qu'aux Etats-Unis.

La Suisse attire

Dans l'autre sens, on note avec un intérêt tout particulier – c'est la première fois que de telles données figurent dans le rapport de la BNS – que les sociétés étrangères ont créé près de 6000 emplois en Suisse en 2003. En trois ans, leurs effectifs sont passés de 127 750 personnes à 149 250 personnes, soit 22 000 de plus (57,7% dans les services, 42,3% dans l'industrie). Elles représentent 4% de la main-d'œuvre employée en Suisse, et les trois quarts d'entre elles travaillent dans des implantations d'entreprises situées dans l'UE.

L'année 2003 a été par ailleurs excellente pour les investissements étrangers en Suisse, puisqu'ils ont plus que doublé, de 9,8 à 22,3 milliards de francs, sans atteindre toutefois les 32,5 milliards de l'an 2000. Les entreprises des Etats-Unis, des Pays-Bas, de Belgique et de Grande-Bretagne se sont montrées très actives, tandis que les allemandes désinvestissaient pour la troisième année consécutive.