La Bourse suisse inflige une amende de 100 000 francs à UBS. La commission des sanctions de SIX Swiss Exchange reproche à la grande banque d’avoir publié trop tard en été 2007 les informations internes touchant aux pertes escomptées.

UBS a du coup enfreint les dispositions sur la publicité événementielle, a indiqué la Bourse suisse vendredi. L’amende constitue l’aboutissement d’une enquête ouverte contre la banque il y a plus de trois ans, au moment où l’établissement s’apprêtait à plonger dans les chiffres rouges, sur fond de crise du subprime.

Outre la publicité événementielle, UBS a violé la directive concernant la gouvernance d’entreprise dans le cadre de son rapport de gestion 2008. Les faits sanctionnés se rapportent à deux avertissements sur résultats, le 14 août 2007 et le 1er octobre 2007, publiés bien trop tard, a constaté la commission.

Les 13 février et 3 mai de la même année, UBS affichait encore sa confiance par le biais de communiqués de presse. En juillet, elle annonçait le départ du président de sa direction générale Peter Wuffli, marquant le départ de la profonde crise qu’allait traverser l’établissement bancaire jusqu’à l’an passé.

Les problèmes liés à la crise hypothécaire de l’immobilier à risque aux Etats-Unis ont fait plonger dès 2007 UBS dans les chiffres rouges. Cette année-là, le numéro un bancaire suisse avait essuyé une perte nette de 5,25 milliards de francs, avant de la creuser à 21,3 milliards en 2008 et de la ramener à 2,74 milliards en 2009.

Pour 2010, UBS devrait renouer avec les chiffres noirs. Après neuf mois, l’établissement dégageait déjà un bénéfice net de 5,87 milliards de francs, contre une perte de 3,94 milliards pour la même période de l’exercice précédent.