Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
A Evolène.
© FRUMM John

Neige

Le ski low cost fait recette

Les responsables du Magic Pass tirent un premier bilan extrêmement positif de leur abonnement à prix cassé, lancé en 2017. Leur offre s’étend à d’autres stations et à la saison estivale

Café, croissants, petits-fours, apéritif, quelque 200 personnes invitées à assister à l’interview d’une médaillée olympique par un médaillé olympique (respectivement Fanny Smith et Sergei Aschwanden): les responsables du Magic Pass ont sorti le grand jeu, mercredi à Lausanne, pour tirer un premier bilan de la saison 1 de leur abonnement à bas coût et présenter les grandes lignes de la saison 2.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les sourires étaient de mise à l’heure d’évoquer les chiffres de la saison en cours: le pointage intermédiaire à la mi-février, dans les 25 stations partenaires du Magic Pass, révèle une fréquentation en hausse de 30% par rapport à la saison dernière à la même période.

Lire aussi: Le premier hiver du ski low cost

Plus intéressant encore: les quelque 85 000 Magic Pass écoulés l’an dernier n’ont pas vampirisé les autres types de billets et abonnements, le chiffre d’affaires étant lui aussi en hausse. A mi-février, il était déjà 10% plus élevé que sur l’ensemble de la saison dernière. Et si l’on compare sur la moyenne des trois derniers hivers (l’hiver dernier avait été particulièrement mauvais), cette hausse se monte tout de même à 5%.

La neige ou les prix?

Un gros point d’interrogation pèse toutefois sur l’effet réel du Magic Pass sur ces hausses, l’enneigement ayant été particulièrement généreux cet hiver. «Il faudra attendre les bilans définitifs des stations suisses non partenaires du Magic Pass, ainsi que ceux des pays voisins, pour avoir la réponse», explique Antoine Micheloud, directeur des remontées mécaniques du Moléson. Selon lui, on peut tout de même estimer que le Magic Pass est responsable de ces hausses à au moins 50%.

Le Gruérien ajoute que, pour les petites stations comme la sienne, les bénéfices du Magic Pass se feront certainement encore plus sentir lors des hivers pauvres en or blanc. «Le Magic Pass assure des revenus fixes qui vont énormément compter lorsque la neige ne tombera que dans les stations de haute altitude.»

Lire aussi: «Le Magic Pass? Il ne crée pas de nouveaux skieurs»

En dépit des doutes émis par certains, Pierre Besson, le président de la coopérative Magic Mountains Cooperation, est convaincu que l’initiative a remis au ski de nombreux pratiquants qui avaient délaissé les pistes ces dernières saisons. Et poussé les habitués à ouvrir leurs horizons: «Je connais plusieurs familles qui se rendaient chaque hiver dans la même station et qui ont profité du Magic Pass pour découvrir d’autres domaines, notamment les plus petits.»

Cinq nouveaux domaines

Avec un tel bilan, les différents partenaires romands repartent bien entendu pour un tour. Avec une offre étendue. Cinq autres domaines rejoignent ainsi l’aventure: la vallée de Joux (qui comprend L’Abbaye, L’Orient et Le Brassus), Riviera (qui comprend Les Pléiades et les Rochers-de-Naye), ainsi que les trois domaines de l’Espace Dent-Blanche: Evolène, La Forclaz et Arolla. «Il est évidemment difficile de prévoir les effets sur notre chiffre d'affaires, réagit Olivier Gaspoz, l'administrateur de Télé-Evolène. Mais nous intégrons un ensemble qui a une vision d'avenir. Et surtout, nous réapparaissons sur la carte du ski romand. Le Magic Pass nous offre de la visibilité et nous épargne du travail de pré-vente et de promotion». 

Lire aussi: Aux Marécottes, «on est tous au taquet»

En plus de cette expansion géographique, le Magic Pass s’étend également au niveau du calendrier: il sera valable toute l’année dans les 15 stations partenaires qui ouvrent aussi leurs installations à la belle saison. «En ce qui concerne le tourisme d’été, c’est même une première mondiale», se réjouit Antoine Micheloud.

Ces options supplémentaires seront répercutées sur le coût du nouveau sésame que l’on peut commander dès à présent sur Internet: le Magic Pass 2018-2019 coûtera 40 francs de plus que son prédécesseur, soit 399 francs. Du moins jusqu’au 9 avril, date à laquelle le tarif sera revu à la hausse. Le prix évoluera ensuite par paliers jusqu’à la fin de l’offre.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)