Chacun y va de son chiffre. Mais bon an mal an, neige précoce ou tardive, le poids de décembre, et plus précisément des vacances d’hiver, est à peu près le même partout: les prestataires touristiques des stations de ski y jouent un quart de leurs revenus annuels.

Lire notre éditorial: Pas de retour au «ski d’avant»