La Slovénie, nouveau pays de la zone euro candidat à l’aide, après la Grèce, l’Irlande, le Portugal, l’Espagne et Chypre? Au lendemain de la dégradation de sa note par l’agence de notation Moody’s, le premier ministre conservateur, Janez Jansa, a déclaré, dans un communiqué, «qu’il n’y a aucun besoin pour le moment».

Et pourtant. Vendredi, les taux d’intérêt des emprunts slovènes à long terme arrivant à échéance en 2021 ont franchi la symbolique barre des 7%, passant de 6,73% à 7,03%.

La Slovénie suit déjà un programme d’ajustement pour ramener le déficit budgétaire entre 3,5 et 4,0% du PIB en 2012, contre 6,4% en 2011. «Le gouvernement va poursuivre la mise en place de réformes structurelles nécessaires, pour le retour à l’équilibre des finances, et respectera ses engagements pris avant d’intégrer l’UE», selon le communiqué.