Technologie

Smartphones, la course désespérée à l'innovation

Après des ventes en baisse en 2018, les fabricants de smartphones tentent d’innover, mais sans convaincre. Quintuple capteur photo, écrans pliables, nouvelles façons d’interagir avec l’écran… Les pistes explorées sont multiples

Comment donner à nouveau envie au consommateur? C’est aujourd’hui la question de base qui occupe tous les fabricants de smartphones, d’Apple à Samsung, de Huawei à Sony. Les ventes de mobiles ont reculé en 2018 et devraient poursuivre leur baisse cette année. Du coup, les constructeurs tentent d’innover, comme ils l’ont montré lors du Mobile World Congress, le plus grand salon du secteur qui se tenait cette semaine à Barcelone. Reste à convaincre les clients…

En 2018, le marché mondial a subi sa plus forte baisse, avec un recul de 4,1% des ventes, selon la société de recherche IDC. Quelque 1,4 milliard de smartphones ont été écoulés. Samsung a vu à lui seul ses ventes diminuer de 8%. Le fabricant sud-coréen est toujours numéro un mondial (20,8%), devant Apple (14,9%) et le chinois Huawei (14,7%). Des marchés saturés, des clients réticents à débourser plus de 1000 francs pour un appareil et qui du coup conservent leur smartphone plus longtemps, aucune innovation majeure récente… Les fabricants de smartphones font face à un défi majeur.

Appareils hybrides

Première solution esquissée, proposer des appareils hybrides, mi-tablettes, mi-smartphones. Samsung, puis Huawei ont présenté leurs produits, avec des caractéristiques différentes. Le Galaxy Fold du fabricant sud-coréen possède un petit écran à l’extérieur et un grand écran à l’intérieur. Son rival chinois, le Mate X, propose un écran extérieur qui change de forme en fonction de la manière dont on le tient. Ces appareils permettent d’afficher plusieurs applications simultanément. Mais les défis sont énormes: offrir un écran de qualité – pas certain que le polymère utilisé convainque –, assurer une ouverture et une fermeture sans accroc – au moins 100 000 opérations sans souci, assurent les fabricants – et offrir un prix acceptable. Or le Galaxy Fold coûtera 1980 dollars (autant en francs), le Mate X 2600 dollars. Lancés ce printemps et cet été, ils ne s’adressent qu’à un marché de niche.

Lire aussi: Avec son smartphone pliable à 1980 dollars, Samsung veut se relancer

Deuxième solution: continuer la course aux performances, notamment dans le domaine de l’optique. Nokia – marque détenue désormais par le finlandais HMD – a présenté le modèle 9 PureView, équipé sur son dos de… cinq capteurs photos. Auxquels il a ajouté un flash et un télémètre laser pour améliorer l’effet Bokeh (arrière-plan flou). Concernant les modules photo, trois sont monochromes, deux en couleur. Le but est de fonctionner en même temps pour créer ensuite une image, assemblée par un logiciel, la plus riche possible – notamment en captant, affirme Nokia, dix fois plus de lumière qu’un modèle classique. Les premiers tests indiquent de bonnes performances, mais pas époustouflantes. La société Light, qui a collaboré avec Nokia, pourrait proposer la même technologie au chinois Xiaomi et au japonais Sony.

Sans toucher l’écran

Troisième solution: proposer de nouvelles façons d’interagir avec son smartphone. Le sud-coréen LG a présenté le modèle G8 ThinQ, d’apparence très classique. Mais l’appareil peut être en partie controlé par des gestes des doigts au-dessus de l’écran, sans le toucher. Il faut ainsi apprendre une nouvelle gestuelle pour répondre à un appel, régler le volume sonore ou encore effectuer une capture d’écran. Les premiers tests effectués à Barcelone ont montré qu’il fallait souvent s’y prendre à plusieurs reprises pour réussir une opération. L’appareil, dont la date de sortie n’a pas été communiquée en Europe, pourra être déverrouillé en scannant les veines de la main de l’utilisateur.

Enfin, comme chaque année, de nouveaux fabricants ont tenté de faire parler d’eux, comme Energizer, avec son Power Max K18 Pop, doté d’une batterie de 18 000 mAh, alors que la plupart des téléphones ont des batteries de 3000 à 4000 mAh. Ce smartphone possède une autonomie de 50 jours en veille et doit être lancé en autonome pour environ 700 francs.

La 5G, source d’espoir

Pour les fabricants, il demeure une lueur d’espoir en 2019: la mise en service progressive des réseaux 5G. Pour en profiter, il faudra impérativement acquérir de nouveaux smartphones. Samsung a déjà présenté ses premiers appareils compatibles, avant qu’Apple ne suive très certainement cet automne.


Le lausannois OneVisage signe avec l'américain Orbbec

Lors du Mobile World Congress de Barcelone, Orbbec, fabricant de caméras et capteurs 3D et la société lausannoise OneVisage, spécialisée dans les logiciels d’authentification 3D, ont annoncé  la création d'un partenariat visant à fournir des modules OEM ou équipements d’origine de reconnaissance faciale 3D. «En combinant les technologies Orbbec et OneVisage dans un module d'authentification faciale 3D, nous donnons pour la première fois à de nombreux secteurs - tels que le commerce électronique, l'automobile, la vente au détail, les entreprises ou la santé – la possibilité d’accéder à la reconnaissance faciale 3D à un prix vraiment abordable, sans difficulté d’intégration», a affirmé Christophe Remillet, directeur de OneVisage, dans un communiqué. (LT)

Publicité