Quelle est la relation entre les jeunes et leur smartphone? Chaque année, l’étude JAMESfocus de la Haute Ecole des sciences appliquées de Zurich (ZHAW) et de Swisscom s’intéresse au comportement des adolescents. La version 2017, parue la semaine passée, a ciblé la durabilité des appareils. Et force est de constater que les jeunes n’y accordent aucune importance.

Le millier d’adolescents interrogés change en moyenne son smartphone chaque 1,9 an. Pour quelle raison? Dans 58% des cas (plusieurs réponses sont possibles), le jeune veut un modèle plus récent; pour 40% des adolescents, le contrat arrive à échéance et l’opérateur propose un portable à prix réduit. Parfois, le téléphone est cassé: pour 37% des sondés, le téléphone ne pouvait pas être réparé, alors que 27% ne voulaient pas le réparer.

Critères d’achat

Et quels sont les critères d’achat? Les caractéristiques techniques (70%), le prix (65%), la marque (54%) et le design (49%). La durée de vie de la batterie (13%) ou les possibilités de réparations (2%) viennent loin derrière.

Pas très écolos, les jeunes? On aurait tort de les blâmer. D’abord parce que les adultes agissent exactement comme eux. Ensuite, les subventions massives des opérateurs et les prix éhontés des réparations n’incitent pas du tout à faire réparer son smartphone.