L'année 2003 a été positive jusqu'ici pour les actions suisses, qui ont gagné 5%. Après avoir plongé les trois premiers mois pour toucher un plancher le 12 mars à 3675,4 points, le SMI a bondi de 32,4% depuis, retrouvant ses niveaux de janvier. Ce faisant, l'indice des blue chips suisses s'en sort mieux que le DJ Eurostoxx des 50 poids lourds européens, qui n'a gagné que 0,6% cette année, tandis qu'il a rebondi de 27% depuis le 12 mars.

«Le marché suisse a bénéficié de la baisse du franc, note Raphael Prongue, trader à la banque Sarasin. En outre, voyant le rebond se confirmer, des acheteurs sous-exposés en actions tentent de faire des affaires.» Les acheteurs restent toutefois rares en cette période de l'année, qui coïncide avec de faibles volumes d'ordres. Parmi les institutionnels figurent quelques fonds de placement, selon Raphael Prongue, mais pas de caisses de pension.

Mais surtout, ce sont les fonds alternatifs qui mènent actuellement les mouvements du marché: «Le rebond s'explique principalement par l'activité des hedge funds, qui doivent couvrir les ventes à découvert en rachetant des titres, observe Jacques Savary, trader à la banque Vontobel. Le marché suisse a en fait réagi de façon très technique ces dernières semaines.» Les vendeurs à découvert parient sur la baisse d'un titre. Si ce dernier n'a pas baissé comme prévu au moment où ils doivent couvrir leur découvert, ils sont obligés de le racheter plus cher, et c'est ainsi que leur pari pourtant négatif sur le marché peut contribuer à l'appréciation de celui-ci. «Dans le sillage des hedge funds, poursuit Jacques Savary, on trouve aussi les traders des banques qui jouent des opportunités de marché à court terme. Il nous manque de vrais ordres: seuls des acteurs professionnels sont actifs sur le marché.»

Résistance technique

Le SMI a aussi profité du rebond technique de blue chips dont les cours avaient fortement souffert dernièrement. Ainsi, Swiss Life (+103,5%), Kudelski (+50,8%), Adecco (+41%) et Credit Suisse Group (+38,5%) ont signé les meilleures performances ces trois derniers mois. Adecco a profité des estimations de croissance du PIB américain de 3%, qui signifient que les entreprises engageront davantage, nouvelle typiquement favorable aux titres des agences de placement comme Adecco et son rival américain Manpower. Passée la période des scandales et du changement de direction, Swiss Life s'attelle pour sa part à se recentrer sur l'assurance vie et traverse une phase de désinvestissements bien accueillie par le marché. Par ailleurs, en adaptant la loi sur le deuxième pilier qui a permis d'abaisser le taux minimal versé sur les avoirs de prévoyance, le gouvernement a largement tenu compte des besoins de l'assureur, ce qui a rassuré les investisseurs.

Le titre Kudelski a quant à lui profité des déclarations optimistes de son CEO sur la réalisation des objectifs de résultats pour 2003. D'autre part, les liquidités de 600 millions de francs dont dispose le groupe technologique vaudois donnent lieu à des spéculations quant à d'éventuelles acquisitions ou à un rachat d'actions.

Les traders constatent généralement que les ordres des professionnels anglo-saxons sur le marché suisse deviennent très conséquents: l'avertissement sur bénéfices de Logitech le 9 juillet a entraîné de très gros dégagements suite aux changements de rating par les analystes, le titre s'effondrant de près de 30% le jour même.

Toutefois, si le mois de mars a vu un point d'inflexion important du SMI, l'indice des grandes capitalisations suisses ne parvient pas à franchir la barre des 5000 points, qu'il a frôlée à 4992,5 le 18 juin. «On voit une forte résistance technique et psychologique vers le seuil des 5000 points, que le SMI a touché par deux fois sans réussir à le passer, note Raphael Prongue, mais il est sain que le marché se consolide aux niveaux actuels.» Pour Jacques Savary, «la faiblesse des volumes ne suffit pas à alimenter le marché et passer les 5000 points». Si en revanche le SMI devait parvenir à casser ce seuil, les acheteurs se feraient plus nombreux et le marché gagnerait très vite 200 à 300 points, estiment les traders.