Le vote du 7 mars sur l’accord de libre-échange entre l’Indonésie et l’AELE (Association européenne de libre-échange qui regroupe la Suisse, la Norvège, l’Islande et le Liechtenstein) intéresse de près la société civile indonésienne. Alors qu’en Suisse le comité référendaire «Stop huile de palme» focalise sa campagne autour de la déforestation et de la perte de la biodiversité, les préoccupations indonésiennes sont plus diverses et concernent plusieurs pans de leur économie. En Suisse, le parlement a approuvé l’accord en décembre 2019.

Lire également: Les grandes ONG suisses s'opposent au référendum «Stop huile de palme»