Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

énergie

La société lausannoise eSmart remporte le Prix Strategis

Les modules de la start-up équipent déjà 420 logements. Ils permettent de gérer la consommation d’électricité et de piloter le chauffage, les stores, l’éclairage ou le vidéophone d’un logement à distance.

La société lausannoise eSmart remporte le Prix Strategis 2015

Domotique Les modules de la start-up équipent déjà 420 logements

Le Prix Strategis, organisé par l’association HEC Espace Entreprise, est considéré comme un label de qualité pour les start-up. Des entreprises telles Housetrip, Jobup, Leshop ou L.E.S.S. l’ont remporté lors des précédentes éditions. Mardi soir, à Lausanne, c’est l’entreprise vaudoise eSmart, basée à Ecublens, qui a été récompensée parmi cinq finalistes présélectionnés dans toute la Suisse. Elle a ainsi obtenu la somme de 50 000 francs.

Fondée en 2011 par Laurent Fabre et Fabrizio Lo Conte, la société eSmart a développé des modules capables de gérer la consommation d’électricité et de piloter le chauffage, les stores, l’éclairage ou le vidéophone d’un logement, directement sur son smartphone, sa tablette ou l’écran tactile dédié et placé dans son habitation. Le système permet également un suivi de la consommation en temps réel.

«Les occupants peuvent se fixer des objectifs et consulter l’historique de leurs habitudes. Ce contrôle a un effet immédiat sur la consommation énergétique, à savoir une diminution jusqu’à 10%», explique Laurent Fabre. Parallèlement, pour les régies immobilières, les données liées à la consommation énergétique et en eau peuvent être exportées pour la gestion de la facturation.

Alors qu’eSmart s’orientait à sa création vers la domotique avec des prises «intelligentes», elle vise désormais essentiellement les propriétaires d’immeubles. La start-up travaille avec des clients tels La Mobilière, la BCV, la SUVA, ECA ou AllReal. «420 appartements sont déjà équipés avec notre solution. Losinger-Marazzi a choisi notre technologie pour équiper l’écoquartier Eikenott à Gland, précise Laurent Fabre. Nous démarchons désormais le marché suisse alémanique, en ciblant certaines villes.»

Destinée en priorité aux immeubles en construction, la solution d’eSmart ne nécessite aucun câblage spécifique. Le système passe par le réseau électrique. Les modules, branchés derrière les interrupteurs dans le boîtier d’encastrement, rendent chaque équipement pilotable par écran. Le concept est né en 2009 des laboratoires de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Il a déjà remporté plusieurs prix et bénéficie de nombreux soutiens: Swisscom Innovation Award 2014, prix PERL de la Ville de Lausanne. En revanche, la start-up n’a jamais eu besoin de faire appel à des fonds externes.

Un marché à 150 millions

Comptant sur une équipe de neuf collaborateurs, eSmart a pour objectif de réaliser un chiffre d’affaires compris entre 1 et 1,2 million de francs en 2015. «Nous allons engager deux personnes pour nous déployer en Suisse alémanique», souligne Laurent Fabre.

A partir de l’année prochaine, la start-up souhaite s’attaquer à de grandes villes dans le monde, à l’exemple de Londres ou Dubaï, là où se trouvent beaucoup de constructions résidentielles. «Le marché du vidéophone et des relevés de la consommation électrique se chiffre à 150 millions de francs par année. Nous espérons prendre environ 10% du marché d’ici 2018-2019», prévoit Laurent Fabre.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)