Sulzer serait en passe d'être contrôlée par un duo russo-autrichien. Mais pas par Victory, la société de participaiton autrichienne détenue conjointement par Georg Stump, président du conseil d'administration de OC Oerlikon, et le financier Ronny Pecik.

«Sans commentaire»

Si l'on en croit l'article à paraître aujourd'hui dans Bilanz, Everest, société de participation détenue à parts égales par Ronny Pecik et le milliardaire russe Viktor Vekselberg, détient déjà environ 25% du groupe actif dans les pompes pour l'industrie pétrolière et gazière. Cette part se divise entre des options de type cash settlement (21%), dont la détention n'exige aucune obligation d'annonce, et des actions (4%). Dans les milieux financiers de Zurich, on avance une participation de Everest se situant entre 20% et 25%.

Du côté de Ronny Pecik, le silence est d'or. «Aucun commentaire, je suis désolé», confie-t-il presque gêné au Temps.

Ulf Berg, patron de Sulzer qui a déjà rencontré Ronny Pecik, n'est pas plus disert. «Je ne commente pas les rumeurs du marché. Nous ne savons pas qui se cache derrière les forts volumes échangés en Bourse. Je me concentre davantage sur les affaires de notre groupe», martèle le futur président de Sulzer, lors de la présentation des résultats annuels jeudi à Winterthour (ZH).

Les rumeurs de rachat ont provoqué un envol du titre. Durant le mois de janvier, l'action a gagné 27,7%. Mais elle a subi une correction dès début février. En quatre semaines, le titre a perdu 16,4%. Pour Johannes Borner, analyste chez Sal. Oppenheim, les bons résultats et perspectives de Sulzer se reflètent dans le prix actuel de l'action. Celui-ci se traite avec une prime de 30% par rapport à la moyenne du secteur des machines. De ce fait, l'analyste émet une recommandation neutre sur le titre.

Bons résultats

Au-delà de la Bourse et des rumeurs de rachat, les résultats de Sulzer sont bons, mais globalement en dessous des attentes des analystes. Le chiffre d'affaires a progressé de 12,1% à 2,8 milliards de francs. Cette hausse est principalement due à deux divisions. Sulzer Chemtec, les équipements pour l'industrie pétrolière, gazière et pétrochimique, a enregistré une progression des ventes de 28,4% à 500,1 millions de francs. Quant aux ventes de pompes utilisées notamment dans les raffineries (Sulzer Pumps), elles sont en hausse de 11% à 1,41 milliard de francs, grâce à la forte demande du secteur. Les perspectives de croissance de Sulzer Chemtec et Sulzer Pumps sont également positives. Les entrées de commandes ont progressé respectivement de 44,9% et 28,2%.