SoftBank s’offre un peu de Godzilla

Cherchant à attirer de plus en plus d’abonnés sur les différents réseaux et plateformes digitales qu’ils possèdent, le géant japonais des télécoms SoftBank va entrer au capital du studio hollywoodien Legendary Entertainment. Le groupe nippon vient d’annoncer qu’il allait, dans un premier temps, dépenser 250 millions de dollars (197 millions d’euros) pour acquérir près de 10% de la société américaine, qui a récemment produit des succès commerciaux tels que «The Dark Knight», «Man of Steel», le dernier remake en date de «Godzilla» ou encore les trois «Hangover» («Very Bad Trip» en version française). SoftBank pourrait ensuite progressivement monter au capital du studio, avec lequel il se propose de développer une coentreprise de distribution de contenus. Cette nouvelle structure exploitera les droits de propriété intellectuelle de Legendary, y compris pour la télévision et les supports numériques, en mettant l’accent sur les marchés chinois et indiens, ont expliqué les deux partenaires.

En entrant au capital de Legendary, SoftBank peut espérer un meilleur accès à des catalogues de films et de programmes TV tout en renforçant sa présence dans le secteur des médias et des télécoms aux Etats-Unis, où il investit massivement. En octobre 2012, le groupe avait dépensé 20,1 milliards de dollars pour prendre le contrôle de Sprint, le troisième plus grand opérateur télécom américain. Ces dernières semaines, ses négociateurs avaient aussi approché DreamWorks Animation, un autre studio d’Hollywood, en vue d’une éventuelle reprise. Mais les pourparlers n’auraient finalement pas abouti.

Le Tour de France n’est finalement pas délocalisé en Thaïlande

Pendant quelques heures, jeudi, les autorités thaïlandaises ont célébré l’organisation prochaine du Tour de France dans le royaume. Dans un communiqué, la TAT, l’autorité de gestion du tourisme en Thaïlande, a indiqué qu’elle était ravie de pouvoir annoncer que le pays allait prochainement organiser la prestigieuse course cycliste sur son territoire. Selon ses cadres, des discussions prévoyant cette délocalisation à partir de 2016 auraient été amorcées dès la mi-septembre à l’occasion d’une rencontre à Paris entre la TAT et Jean-Etienne Amaury, le président d’Amaury Sport Organisation (ASO), qui gère l’épreuve. «Nous ne sommes pas certains encore du nombre d’étapes que nous organiserons. Est-ce que ce sera une, deux ou l’intégralité de l’épreuve? Cela va faire partie des discussions», s’est emballé Thawatchai Arunyik, le gouverneur de la TAT, avant de noter que la Thaïlande «était le lieu idéal pour organiser une compétition prestigieuse».

Invité à réagir à cette délocalisation surprenante, ASO a immédiatement douché l’enthousiasme des autorités thaïlandaises et pointé une probable erreur de traduction. «Il y a des discussions en cours mais il ne s’agit pas d’emmener le Tour de France en Thaïlande», a rectifié un porte-parole du groupe français. «Il s’agit simplement de pourparlers afin d’organiser un critérium en Thaïlande, comme nous le faisons au Japon avec la course Tour de France Saitama Criterium», a expliqué le cadre. Au Japon, cette course d’une journée sera organisée le 25 octobre prochain en présence de plusieurs coureurs qui avaient animé la «boucle» l’été dernier. L’opération, organisée par ASO, doit permettre de populariser le cyclisme et la marque «Tour de France» en Asie.