Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
M-Pesa est une app de paiement très populaire en Afrique.
© THOMAS MUKOYA / Reuters

Paiements

Les solutions nationales dominent le paiement mobile

En Chine, au Danemark ou au Kenya: dans de nombreux pays du monde, il est possible de payer par smartphone depuis bien plus longtemps qu’en Suisse

Le paiement mobile, soit le paiement via smartphone, est souvent considéré comme une solution inédite pour régler ses achats. Dans certains pays, le paiement mobile est toutefois une habitude depuis longtemps déjà. L’on constate que ce sont généralement les solutions nationales ou régionales qui dominent sur le marché.

L’Afrique, le continent du paiement mobile

Au Kenya, il est possible de payer avec M-Pesa via smartphone depuis 2007. L’application compte actuellement 30 millions d’utilisatrices et d’utilisateurs, notamment dans les pays africains, mais également en Roumanie, en Albanie et en Inde. De nombreux particuliers n’ayant jamais possédé de compte bancaire paient aujourd’hui via leur smartphone ou envoient de l’argent à leurs proches via l’application plutôt qu’en liquide.

Le paiement mobile est en plein essor en Chine également. L’usage du smartphone pour effectuer les paiements y est onze fois plus fréquent qu’aux Etats-Unis. Les applications les plus populaires sont Alipay et WeChat Pay, qui permettent de scanner un code QR avec le smartphone. Près de 65% des personnes possédant un smartphone ont régulièrement utilisé cette méthode de paiement en été 2017. Alipay appartient au groupe Alibaba, qui possède en outre deux des plus grandes boutiques en ligne (Taobao et Tmall). WeChat Pay fait partie de l’application de messagerie WeChat. Ces deux acteurs ont un intérêt à ce que leurs clientes et leurs clients paient via smartphone.

Application très prisée de la Danske Bank

A l’instar des applications de messagerie et des boutiques en ligne, les banques ont elles aussi lancé des apps de paiement mobile avec succès. Au Danemark, 50% de la population paie ainsi avec Mobile Pay de la Danske Bank. L’application comptait déjà 500 000 utilisatrices et utilisateurs quatre mois après son lancement en 2013. Aujourd’hui, ce chiffre s’élève à 3,7 millions. L’Etat danois a activement soutenu le développement de Mobile Pay. Ainsi, les magasins du pays ne sont plus tenus d’accepter l’argent liquide comme moyen de paiement.

Au printemps dernier, les plus grandes banques suisses ont lancé Twint, la solution commune de paiement mobile. Plus de 725 000 clientes et clients ont d’ores et déjà installé l’application sur leur smartphone. L’app propose plus qu’une solution de paiement à la caisse des magasins. Le versement instantané d’argent à des particuliers (P2P) est une fonction particulièrement appréciée et représente 50% du volume de transactions. L’app est également souvent utilisée pour les paiements dans l’e-commerce. La part de marché dans les plus grandes boutiques en ligne comme Digitec.ch, Galaxus.ch ou Starticket.ch se situe entre 5 et 10%, tandis que le chiffre d’affaires dans l’e-commerce a bondi de 640% au deuxième semestre 2017.

Le développement demande du temps

L’utilisation du paiement mobile dans le commerce stationnaire, soit à la caisse, reste encore relativement marginale, et ce pour trois raisons: premièrement, l’argent liquide reste très apprécié en Suisse. Deuxièmement, les nouvelles technologies nécessitent toujours un certain temps pour s’imposer en Suisse. Il a ainsi fallu près de sept ans pour que le paiement sans contact avec carte bancaire s’établisse sur le marché helvétique. Troisièmement, la diffusion de Twint sur le marché n’est pas encore achevée. Coop a soutenu cette solution de paiement dès le début. Chez Migros, les paiements via l’app Migros sont possibles depuis mars 2018.

Cette évolution n’est toutefois pas propre à la Suisse. Elle se présente aussi à l’étranger. Les solutions de paiement ont d’abord été employées entre personnes privées avant leur extension à l'e-commerce et finalement leur emploi dans la vie quotidienne. 

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)