Avec «Cirque au sommet» à Crans-Montana, vous venez d’enchaîner 25 représentations dans un projet d’envergure produit par Jean-Luc Barbezat. Vous êtes à l’aise dans l’organisation de ces gros événements?

– Jean-Luc Barbezat: Nous avons toujours fait les choses par envie, au gré des rencontres. Mais certaines aventures sont moins anodines que d’autres. Le Cirque au sommet, c’est un budget de 1,2 million de francs. C’est aussi beaucoup d’infrastructures et de personnel. C’est donc un projet lourd à porter, mais qui s’inscrit sur le long terme. Car le but est de positionner Crans-Montana comme un rendez-vous des arts du cirque contemporain. Cela n’aurait pas d’intérêt de monter un tel événement pour une seule édition.

On vous connaît à la télévision, au théâtre, dans des matchs d’improvisation, au cirque. Vous évoluez aussi dans l’ombre avec la création de spectacles. Comment vous définiriez-vous?

– JLB: Nous nous sentons de véritables patrons de PME. C’est sûr et certain.

- Benjamin Cuche: Enfin, nous sommes patrons de plusieurs petites PME. Je dirige par exemple mon école de théâtre à Vevey, mais elle ne me suffit pas pour vivre. Bien au contraire et c’est tant mieux. Je vais donc monter des projets annexes pour financer l’école et emprunter des accessoires de l’école pour jouer des spectacles ailleurs. Tout est très entremêlé. Chaque projet est une PME en soi. 

Vous formez un duo comique depuis 32 ans. Quelle place l’argent prend-il dans ce couple?

– JLB: Nous n’avons jamais eu un problème d’argent entre nous. C’est un état d’esprit dont je suis fier. 

De l’artiste au patron de PME, le changement de casquette est-il toujours simple? 

– JLB: Pour concrétiser les idées plus ambitieuses comme les revues ou le Cirque au sommet, on s’adjoint les services de personnes qui vont chercher de l’argent. Mais je mouille aussi ma chemise sur ces aspects-là. Je suis d’ailleurs plus à l’aise que Cuche pour aller chercher des subventions. Lui a encore un esprit paysan (rires). Il pense encore que l’argent gagné va lui permettre de financer entièrement d’autres projets. 

– BC: Ce n’est pas un esprit paysan. Les paysans comptent beaucoup sur les subventions (rires).

–  JLB: Je voulais dire que nous n’avons pas la même philosophie en ce qui concerne la recherche de fonds. Je serais prêt à aller chercher des investisseurs pour développer un projet. Toi, tu préfères te débrouiller seul avec ce que tu as. 

La gestion des aspects financiers et politiques nuit-elle à l’indépendance artistique? 

– JLB: Cette gestion n’est pas très simple surtout dans le cadre d’un spectacle comme  Cirque au sommet, où tout est condensé sur deux mois. Il faut non seulement être irréprochables sur scène et gérer les sponsors, les mécènes et les subventions. C’est relativement fatigant, mais nous le faisons sans trop réfléchir. 

– BC: La question va au-delà du spectacle. C’est une énergie que l’on investit dans l’avenir. Cirque au sommet, c’est une vision politique et économique sur le long terme qui a pour objectif de créer un rendez-vous autour des arts circassiens à Crans-Montana.

Ces différentes casquettes ont-elles changé votre rapport à l’argent?

– BC: Elles l’ont consolidé. Elles m’ont conforté dans ma manière de vivre maintenant. 

– JLB: Je pense que oui. Dès le début, Cuche a décrété que l’argent ne serait jamais un souci entre nous. Cette vision m’a beaucoup influencé. Nous faisons d’ailleurs pot commun dans l’amitié comme dans les affaires. On s’engueule, mais pas pour l’argent.

L’argent a-t-il été un frein au moment de se lancer dans une carrière artistique? 

– BC: Nous avons commencé à faire des spectacles avant de gagner de l’argent. Ce fut une chance. Plusieurs amis ont pris un emploi par sécurité pour faire du théâtre sur leur temps libre. Mais cette sécurité, elle peut se perdre. Avec Barbezat, nous avons dès le début appris à vivre en perpétuelle insécurité. 

– JLB: Et puis cela nous a appris artistiquement. Le besoin de gagner de l’argent stimule l’inventivité. Parfois on gagne des sous. Parfois on en perd. Parfois on en gagne beaucoup. Parfois on en perd beaucoup. L’argent est un moteur artistique, mais il ne doit pas devenir l’objectif.

Vous gagnez combien par mois?

– BC: C’est très variable. Mon salaire ne correspond pas à mon niveau de vie. A Crans-Montana, je ne dépense rien. C’est la production qui me loge et me nourrit dans une station où les gens dépensent beaucoup. Barbezat et moi sommes dans un rapport à l’argent qui n’est pas le même que celui d’un salarié. Il peut arriver que je gagne 10 000 francs en une journée, puis rien pendant six semaines.

Qu’avez-vous fait de votre premier gros cachet?

– BC: Bon, il n’était pas gros, mais je me souviens que c’était la première fois que nous rentrions dans nos frais.

– JLB: C’est difficile de répondre car nous sommes souvent les producteurs de nos propres spectacles. L’argent que nous touchons dans un projet va automatiquement servir à payer d’autres frais inhérents au spectacle. C’est finalement de l’argent Monopoly. On le génère, mais on ne le gagne pas.  Dans le cadre de la revue de Neuchâtel par exemple, nous avions un budget de 800 000 francs pour écrire, produire, jouer et payer les salaires de l’équipe. C’est une économie complètement différente du cinéma. J’ai pu en faire un peu et j’étais surpayé par rapport au travail demandé. 

Comment investissez-vous votre argent?

– JLB: Nous réinvestissons entièrement les recettes dans de nouveaux projets. D’ailleurs, nous n’avons jamais rien acquis. Nous n’avons pas d’appartements je ne sais où, pas de biens, pas de fortune.

– BC: Pas tout à fait. Avec un gros cachet, j’ai pu m’acheter une voiture et ainsi sortir du système leasing. Il y a longtemps, j’ai aussi acheté un appartement à Paris avec ma copine de l’époque. On s’est séparés et c’était le bordel pour le revendre. Hormis ces deux exemples, l’économie de l’entreprise Cuche & Barbezat repose sur le réinvestissement dans d’autres projets. Certains sont d’ailleurs de pures pertes. Mais ils nous font avancer artistiquement et créent des rencontres. Si nous devions renoncer à faire certains spectacles parce qu’ils ne sont pas rentables, nous sortirions de la dynamique de la création.


Comment tirer le meilleur parti de votre épargne

A la tête de plusieurs PME, Cuche&Barbezat ne sont pas des cas isolés. Comme eux, beaucoup de petits patrons décident de réinvestir leurs bénéfices dans leur activité, alors qu’ils ne disposent que de peu de liquidités. Il existe pourtant des solutions attrayantes pour les petits épargnants afin de leur permettre de se constituer un patrimoine sur le long terme. Parmi elles, le plan d’épargne en fonds proposé par la Banque Migros:

  • Individuel: avec le plan d'épargne en fonds, on investit régulièrement dans un fonds stratégique de son choix. Ces fonds constituent un investissement clairement structuré et largement diversifié, adapté à la capacité de risque individuelle de l’investisseur.
  • Pour de petites sommes: les versements dans le plan d'épargne en fonds sont déjà possibles à partir de 50 franc par mois.
  • Économique: il n’y a pas de frais de transaction pour l’achat et la vente de parts de fonds.
  • Flexible: Le plan d’épargne est modifiable en tout temps par e-banking.