Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

Santé

Sophia Genetics affiche ses ambitions dans le secteur de la médecine personnalisée

La société, active dans le domaine de l’analyse détaillée des génomes humains séquencés, a inauguré de nouveaux locaux à Saint-Sulpice. Employant actuellement 40 personnes, elle espère faire passer ce chiffre à 60 d’ici à fin 2015

Sophia Genetics inaugure de nouveaux locaux à Saint-Sulpice

Santé Contrats avec 37 centres médicaux

D’abord l’Europe, puis les Etats-Unis. La société Sophia Genetics, créée en 2011, et que le conseiller d’Etat vaudois Philippe Leuba qualifie de «fleuron européen de la médecine personnalisée axée sur les données médicales» – un domaine en plein boom – ne manque pas d’ambition. Mercredi, elle inaugurait ses nouveaux locaux à Saint-Sulpice.

«Avec les technologies de séquençage à haut débit du génome humain, le problème n’est plus de générer des données, mais de traiter ces informations souvent complexes», a dit Jurgi Camblong, cofondateur et directeur de l’entreprise. Son équipe a mis au point des algorithmes qui analysent ces données de manière standardisée afin de détecter avec précision des mutations caractéristiques pour douze maladies génétiques.

L’entreprise a signé des contrats de service avec 37 centres médicaux et hôpitaux dans dix pays, dont en Suisse ceux de Genève (HUG) ou de Berne, mais pas le CHUV, a priori un partenaire idéal avec sa biobanque de génomes non encore étudiés: «Nous sommes impressionnés par ce que fait Sophia Genetics, et ouverts à une collaboration», dit Darcy Christen, porte-parole du CHUV.

Sophia Genetics ambitionne de collaborer avec 100 institutions d’ici à fin 2015, ceci surtout en Europe. Et Jurgi Camblong d’ajouter: «J’espère compter de futurs clients en Suisse et pas uniquement à l’étranger, sans quoi nos investisseurs pourraient nous demander de délocaliser notre siège», installé à l’origine au Parc scientifique de l’EPFL «à cause des bonnes conditions-cadres [proposées par le canton], et de la visibilité et de la vision de la haute école».

De 40 à 60 employés

Sophia Genetics a levé 12,3 millions de francs à l’été 2014, notamment auprès du fonds de Swisscom, intéressé à expérimenter des infrastructures sécurisées pour transmettre ces données médicales privées, et cryptées. La société de Saint-Sulpice, qui emploie 40 personnes aujour­d’hui, souhaite faire passer ce chiffre à 60, «même s’il manque des bioformaticiens qualifiés sur le marché suisse», précise Jurgi Camblong.

Dossier
Santé personnalisée: espoirs et enjeux

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)