Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Jurgi Camblong, le patron de Sophia Genetics.
© Kristian Skeie

génétique

Sophia Genetics lève encore 30 millions de dollars

Le patron de la société lausannoise, spécialisée dans la médecine basée sur les données, déplore la frilosité des investisseurs suisses

La société lausannoise Sophia Genetics, spécialisée dans la médecine basée sur les données, a récolté 30 millions de dollars (28,7 millions de francs) supplémentaires, montant qui s’ajoute aux 30 millions de dollars précédemment obtenus.

Aucun investisseur suisse n’a participé à cette levée de fonds. L’opération a été menée par le britannique Balderton Capital, auquel se sont joints le français 360 Capital Partners ainsi que les investisseurs historiques, à savoir le britannique Mike Lynch d’Invoke Capital et l’entrepreneur belge Marc Coucke d’Alychlo.

Lire aussi: Sophia Genetics ouvre un nouveau centre de recherche

En Suisse pour combien de temps?

Face à l’arrivée de nouveaux investisseurs étrangers dans le capital de la start-up vaudoise, une question se pose: combien de temps Sophia Genetics, qui compte déjà 150 employés, restera-t-elle ancrée dans la région? «Je ne pense pas qu’il y ait une corrélation directe entre l’origine des investisseurs et notre localisation. Toutefois, nous déplorons une frilosité des investisseurs helvétiques», note Jurgi Camblong, le patron de l’entreprise qui figure au 30e rang mondial des «smartest companies» selon le top 50 du MIT Technology Review. «La Suisse pourrait saisir l’occasion de devenir leader d’une industrie où il y aura à terme un standard, duquel nous espérons devenir une référence mondiale.»

8000 patients par mois

Fondée en 2011, la société travaille avec un réseau de 334 hôpitaux répartis dans 53 pays. Elle a notamment signé un contrat avec l’Institut de pathologie portant sur des marqueurs du cancer du sein. «Nous analysons l’ADN de 8000 patients chaque mois», explique Jurgi Camblong qui souhaite désormais, grâce à la nouvelle levée de fonds, accroître son réseau d’hôpitaux sur tous les continents, recruter des spécialistes et intégrer d’autres sources de données à sa plateforme, notamment celles issues de l’imagerie médicale.

La technologie de Sophia Genetics repose sur la génomique clinique et l’intelligence artificielle. La compagnie permet aux professionnels de la santé d’accéder à une base de données génétiques. «Via notre plateforme, il est possible de rechercher les caractéristiques moléculaires spécifiques à une tumeur ou une maladie congénitale. Le médecin peut alors proposer le traitement le plus efficient sur le marché, explique Jurgi Camblong. Nous aidons les cliniciens à mieux diagnostiquer et traiter leurs patients.»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)