Hausse des bourses, progression de l’euro, les marchés financiers ont nettement marqué leur soulagement lundi matin face à la solution trouvée dimanche soir pour venir en aide à l’Irlande. Les principaux indices d’actions du vieux continent ouvraient en hausse, jusqu’à 1% pour certaines places, pour se stabiliser en fin de matinée aux alentours de 0,3%. La monnaie unique gagnait près de 1 cent face au dollar pour atteindre 1,3786 en début de matinée. «Le sentiment s’améliore», résume Frances Cheung, un analyste de Crédit Agricole à Hong Kong, interrogé par l’AFP.

De même, les taux d’intérêt étaient en baisse sur les dettes des pays les plus touchés par les inquiétudes: Portugal, Espagne, Italie, France, et même Royaume-Uni. Ceux des pays considérés habituellement comme des refuges se tendaient légèrement, à commencer par l’Allemagne et la Suisse. Signe que les investisseurs reprenaient confiance dans les emprunts des pays dits «périphériques» de la zone euro.

Dimanche soir, Dublin acceptait les conditions drastiques posées par l’Union européenne et le FMI en contrepartie d’une aide financière de près de 90 milliards d’euros, à laquelle devrait s’ajouter un prêt de quelque 8 milliards avancés par le Royaume-Uni. Les détails du plan devraient être annoncés mardi et mercredi.

Cependant, «l’attention se portera rapidement sur les prochaines sources d’inquiétude, à commencer par la situation du Portugal», a souligné lundi matin Andreas Höfert, chef économiste d’UBS à Zurich. La hausse des indices ne devrait pas durer très longtemps, ni celle de l’euro. «La monnaie unique devrait rapidement se stabiliser», a anticipé le spécialiste.

Les indices de stress devraient néamnoins apparaître assez vite. «Au-delà du Portugal, les marchés pourraient à nouveau s’inquiéter de la situation grecque», poursuit Andreas Höfert. En fin de matinée, deux grandes places boursières européennes s’affichaient en baisse, Madrid et Londres, en raison du maintien des incertitudes concernant la santé économique de la zone euro et du Royaume-Uni, tandis que l’euro descendait légèrement au niveau de 1,375 face au dollar.