Ces virages stratégiques qui se dessinent, ces initiatives qui changent les modèles d’affaires, ces enjeux qui appellent à l’innovation... Deux fois par mois, «Le Temps» s’intéresse à la vie des entreprises suisses telle qu’on ne la perçoit pas de prime abord.

Plongez dans notre série d'articles

C’est un exercice un peu particulier que nous vous proposons: la mise en accusation d’une entreprise. Et celle-ci a un profil très spécial: elle est cotée en bourse, elle appartient à la Confédération à 51%, elle remplit un mandat de service universel et domine largement le marché télécoms suisse. Cette entreprise, c’est Swisscom. Pour accéder à internet, pour téléphoner, voire pour regarder la télévision, que ce soit au niveau privé ou professionnel, nous avons quasiment tous un lien avec Swisscom. De quoi soupçonnons-nous l’opérateur? De se reposer sur ses lauriers.