Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
SpaceX a réussi jusqu’à présent à récupérer le premier étage de son lanceur à six reprises.
© HANDOUT

Espace

SpaceX signe son premier contrat de lancement avec une fusée qui a déjà volé

La société d’Elon Musk lancera, en fin d’année, un satellite commercial à bord d’une fusée Falcon 9.

La société américaine SpaceX a signé un contrat pour le lancement en fin d’année d’un satellite commercial à bord d’une fusée Falcon 9 ayant déjà volé, une première, a indiqué mardi la firme de télécommunications luxembourgeoise SES SA dans un communiqué.

Les termes du contrat n’ont pas été précisés, mais des responsables de SpaceX avaient indiqué précédemment que la firme californienne, fondée et dirigée par Elon Musk, envisageait une réduction d’environ 30% du prix du lancement avec un premier étage du lanceur ayant déjà été utilisé.

Le milliardaire avait indiqué en avril que le carburant de la fusée coûtait 300 000 dollars et le coût de production du lanceur 60 millions de dollars.

Six essais réussis

SpaceX a réussi jusqu’à présent à récupérer le premier étage de son lanceur Falcon 9 à six reprises en le faisant atterrir en douceur après un lancement. Le dernier était le 14 août.

«Nous pensons que des fusées réutilisables vont ouvrir une nouvelle ère des vols spatiaux et faciliter l’accès à l’espace en termes de coûts et de gestion des lancements», a estimé Martin Halliwell, le responsable technique de SES, premier opérateur de satellite à choisir SpaceX en 2013.

Le premier étage de Falcon 9 qui sera réutilisé pour ce lancement avait volé en avril pour lancer la capsule Dragon vers la Station spatiale internationale pour une nouvelle mission de livraison de fret.

Les deux grands concurrents de SpaceX sont l’américain United Launch Alliances, un partenariat de Lockheed Martin et de Boeing, et le français Arianespace, leader mondial du lancement des satellites commerciaux avec environ 50% du marché.


Lire aussi:

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)