Dans un couple, quelle est la personne qui choisit la façon d'investir son argent: l'homme, théoriquement mieux formé en matière d'investissement? Cédric Anker est persuadé que l'alchimie est beaucoup plus complexe que cela et que - comme dans l'achat d'une voiture - la femme exerce au final une influence prépondérante.

C'est la raison pour laquelle le CEO de Vontobel Private Banking Genève poursuit avec conviction une initiative prise il y a cinq ans par sa collègue Corinne Mory, les rencontres «Women and Finance». Chacune d'entre elles - il s'en organise six à huit par an - attire 40 à 50 participantes, la plupart très fidèles.

La recette du succès tient à plusieurs ingrédients. D'abord, il s'agit bien sûr d'éviter l'exposé scolaire sur les fonds de placement ou les actions américaines. Le mieux est d'inviter comme conférenciers des gens proches du terrain - comme la responsable de Kuoni pour les relations avec les analystes, qui a expliqué lors d'une réunion l'année dernière pourquoi l'action du voyagiste à l'époque, était, à ses yeux, sous-évaluée.

Dans la discussion qui a suivi, les participantes ont pu poser toutes les questions qui leur venaient à l'esprit, sans craindre de ne pas être «à niveau». Ici intervient le deuxième ingrédient du succès: il n'y a pas d'hommes, ni de spécialistes dans l'assemblée, on parle librement.

Troisième élément, une touche de plaisir. «Women and Finance» se déroule à l'heure du déjeuner, et si Kuoni vient y décortiquer ses comptes et son bilan, c'est aussi l'occasion de faire découvrir une nouvelle gamme de voyages, d'échanger des expériences et des impressions qui ne se limitent pas à la gestion de portefeuille. D'autres réunions ont été couplées avec une visite d'entreprise.

Le fichier initial de femmes intéressées s'est considérablement élargi au fil des ans. «Le groupe est aujourd'hui composé de personnes très différentes, clientes ou non, c'est ce qui fait son intérêt», dit Cédric Anker. Une dernière règle est de ne pas pousser la vente de produits «maison», mais de donner des informations générales, par exemple sur la Chine il y a un mois. C'est ce type de relations détendues qui, à la longue, crée la confiance.