Toyota a ouvert la brèche lundi, Panasonic et Bridgestone s’y sont engouffrées. Les trois marques japonaises, qui figurent parmi les 14 partenaires principaux des Jeux olympiques de Tokyo, ont annoncé cette semaine que leurs représentants ne participeraient pas à la cérémonie d’ouverture de l’événement ce vendredi. Le constructeur automobile et le fabricant de pneus sont même allés plus loin en annulant la diffusion au Japon de leurs publicités liées aux JO.

Ce climat de défiance – qui concerne également des sponsors de moindre envergure comme le géant de l’électronique NEC, Nippon Life Insurance ou le groupe agroalimentaire Asahi – témoigne du mécontentement de ces marques face à la gestion de ces Jeux et de la pandémie de Covid-19 par le gouvernement japonais, qui a annoncé le 8 juillet que l’événement se tiendrait sans spectateurs. Mais aussi de leur crainte de voir leur image écornée auprès du public nippon, majoritairement opposé à la tenue de ces Jeux, selon différents sondages.