Une des dernières pièces maîtresses du dispositif de feu Swissair a été vendue pour 618 millions de francs: la société de services techniques aéronautiques SR Technics (SRT) passe en mains d'un groupe d'investisseurs emmené par le britannique 3i. Le management reste inchangé, les 2900 emplois seront préservés et les nouveaux propriétaires affichent de grandes ambitions internationales pour la société zurichoise.

Pourquoi cet intérêt de groupes financiers étrangers? Le directeur général de SR Technics, Hans Ulrich Beyeler, tout comme celui de 3i pour la Suisse, Michael Petersen, expliquent que le marché de la maintenance aéronautique représente 30 milliards de dollars par an et présente un taux de croissance continu de 4 à 5%. Or, il est en voie de mutation. De nombreuses compagnies aériennes tendent maintenant à externaliser («outsourcing») leurs services techniques; la demande, non seulement pour l'entretien, mais pour une gestion complète des composantes comme des moteurs par des sociétés spécialisées s'accroît considérablement. Et selon les intervenants, l'ancien service technique de Swissair est l'une des sociétés les mieux positionnées du monde en ce domaine, ayant déjà des contrats avec plus de 100 compagnies aériennes de toutes provenances. Le président désigné du conseil d'administration, Frank Turner – qui est notamment administrateur chez Rolls Royce et Lucas Aerospace –, a été jusqu'à évoquer une future «position dominante» de SR Technics.

Identité helvétique sauvegardée

Le renforcement financier de SR Technics est donc destiné à faire de la société suisse un «global player». Cependant, Hans Ulrich Beyeler a souligné que le développement de l'entreprise restera fondé sur son «identité» helvétique et que les contrats avec Swiss, tout comme les activités liées aux aéroports de Zurich et de Genève, conserveront toute leur importance.

La société sera néanmoins tout ce qu'il y a de plus britannique. C'est à Londres qu'est domiciliée 3i, l'une des plus grandes sociétés de «private equity» en Europe, qui détiendra 56% de l'entreprise. Star Capital, autres sociétés de participation anglaise, en aura 20%. Un groupe de banques britanniques et américaine se partagera 12% des parts. Le reste du capital, soit 12%, appartiendra aux cadres et au personnel de SR Technics, selon une formule qui reste à définir. La transaction a été paraphée lundi et deviendra effective d'ici un à deux mois, dès que les autorités de la concurrence auront donné leur aval.

Le montant de l'opération – soit 618 millions de francs – comprend, outre le prix de la reprise, une première tranche d'investissements pour SR Technics. La direction de la société n'a pas voulu préciser quelle somme sera versée à la masse en liquidation de SR Group. La transaction ne porte que sur SR Technics Switzerland. Elle n'inclut ni SRT aux Etats-Unis, ni la participation de 50% dans Shannon Aerospace (Irlande).