Planète finance

Au stade supérieur de la dévotion

Les marchés n’ont même plus peur que Donald Trump ne parvienne pas à appliquer son programme économique

Les Américains sont plus stressés qu’ils ne l’ont jamais été au cours des dix dernières années. C’est l’American Psychological Association qui le démontre dans son dernier sondage, réalisé juste avant que Donald Trump prenne effectivement le pouvoir, le 20 janvier. Les investisseurs, eux, continuent à n’avoir peur de rien. Même pas que le nouveau président n’applique pas son programme économique très pro-business.

De simples distractions

La démission du conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn, les soupçons d’ingérence russe dans l’élection présidentielle, un ministre désigné qui préfère se retirer: ces premiers signes de difficulté que rencontre la nouvelle administration américaine sont balayés par les investisseurs, qui n’y voient que des distractions.

Les cours des actions américaines reflètent ce que sera l’économie lorsque le nouveau président aura diminué les impôts, allégé la réglementation financière (il a commencé à le faire) et investi dans les infrastructures, comme il s’est engagé à le faire.

Opportunité d’achat

La question du «pourra-t-il?» est déjà dépassée. Wall Street a atteint le stade supérieur de la dévotion. Des commentateurs et des financiers affirment déjà que si le président n’appliquait pas tout son programme économique, il en résulterait une… Opportunité d’achat!

Autrement dit, tout le scénario qui a fait gagner entre 10% et 12% aux grands indices américains depuis le 8 novembre s’effondrerait. Mais les marchés continueraient à progresser. Pourquoi? Car les investisseurs le croient.

Publicité