Technologie

Star des ados, Snapchat prépare son entrée en bourse

L'application de messagerie vise une valorisation de 20 à 25 milliards de dollars, à priori en mars 2017. Cette opération pourrait être la plus importante depuis celle de Facebook en 2012 

Parler de Snapchat à un adulte, dans plus de la moitié des cas, c'est se heurter à un froncement de sourcils. Le service de messagerie ne fonctionnant que sur smartphone est l'un des phénomènes pour adolescents de ces derniers mois. L'application, qui permet notamment de s'envoyer des photos éphémères, revendique aujourd'hui plus de 150 millions d'utilisateurs. Dans la nuit de mardi à mercredi, le «Wall Street Journal» révélait que Snap, la maison-mère de Snapchat, avait entamé des démarches pour une introduction en bourse qui pourrait intervenir aux alentours de mars 2017.

Lire aussi:  Snapchat, roi de l’immédiateté

Aujourd'hui, Snapchat figure dans le top dix du classement des plus grandes «licornes», ces sociétés privées valorisées à plus d'un milliard de dollars. La start-up vaudrait aujourd'hui 17,8 milliards de dollars, en se basant sur un dernier tour de financement intervenu en mai de cette année. Au total, la société californienne a levé environ 2,4 milliards de dollars pour son développement.

Une entrée en bourse discrète 

Snapchat ne publie aucun chiffre. Elle serait actuellement dans les chiffres rouges et viserait un chiffre d'affaires d'un milliard de dollars en 2017, un résultat en hausse de 150% par rapport à cette année, selon la société de recherche eMarketer. L'entrée en bourse pourrait permettre à la société de lever 4 milliards de dollars supplémentaires.

L ire aussi:  Snapchat, le réseau social qui défie les marques

Sans surprise, la société n'a pas commenté l'article du Wall Street Journal. Snapchat bénéficie d'une disposition de la bourse américaine qui lui permet de préparer une entrée en bourse de manière discrète, son chiffre d'affaires annuel étant inférieur à un milliard de dollars. Snapchat est ainsi dispensé de publier des informations financières jusqu'à 21 jours avant le début de la tournée de présentation aux investisseurs qui précède l'entrée en bourse. Twitter avait fait de même en 2013.

Une entreprise qui se diversifie

Snapchat, fondé en 2011 et basé à Los Angeles, a récemment accéléré sa diversification. L'application avait démarré par l'envoi de photos dont la durée de vie était définie à l'avance par l'expéditeur du message. Depuis, la société a permis l'ajout de centaines de filtres différents sur les photos et les vidéos. Et vu que ses utilisateurs passent en moyenne 25 minutes par jour sur l'application (dont l'utilisation est gratuite), des annonceurs se sont rapidement intéressés à Snapchat.

Des médias coopèrent également avec Snapchat. Ainsi, depuis cet automne, en France, huit médias dont «Le Monde», «L'Equipe» ou encore «Paris Match» produisent du contenu spécifiquement prévu pour Snapchat. Il y a quelques jours, la société est allée plus loin en entrant dans le monde physique, via des lunettes, équipées de caméras, vendues dans le cadre d'un test aux Etats-Unis. Elles sont destinées à faciliter la prise de photos et de vidéos et bien sûr leur partage via Internet. Baptisés «Spectacles», ces lunettes sont actuellement commercialisées 130 dollars. 

Lire aussi:  Snapchat se lance dans les lunettes connectées

L'entrée en bourse de Snapchat devrait être la plus importante depuis celle du chinois Alibaba il y a deux ans (pour une valorisation de 171 milliards de dollars). Et l'opération de Snapchat pourrait être la plus grosse, pour une société technologique américaine, depuis celle de Facebook en 2012 (81 milliards de dollars).

Publicité