Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Les lunettes de réalité virtuelle de Magic Leap.
© Magic Leap

innovation

La start-up Magic Leap installe un centre de recherche à Lausanne

L’entreprise américaine spécialiste de la réalité augmentée a racheté à Intel les équipes de Lemoptix, un ancien spin-off de l’EPFL

Magic Leap, qui passe pour l’une des start-up américaines les plus prometteuses, et qui a lancé en août aux Etats-Unis ses premières lunettes de réalité augmentée, va ouvrir un «centre d’excellence» à Lausanne.

Ce centre doit se concentrer sur la recherche «en optique et en photonique» en vue du développement des futurs appareils de réalité augmentée de la start-up, indique Magic Leap sur son site. Cinq autres antennes de recherche comparables sont déjà installées aux Etats-Unis, indique l’entreprise, qui dispose aussi d’un centre de recherche à Zurich, ajoutant que Lausanne est devenue «un hub pour l’innovation et les développements technologiques d’avant-garde». Davantage de détails devraient être communiqués dans les prochains mois.

Lire à ce propos: Une nouvelle start-up américaine s’installe en Suisse

Selon la RTS, Magic Leap aurait en fait racheté «les équipes de l’ancienne start-up Lemoptix, un spin-off à succès de l’EPFL comptant une quarantaine d’employés et qui avait été acquis en 2015 par le géant américain Intel».

Lire: Les lunettes connectées d’Intel sont issues de l’EPFL

Magic Leap, dont l’ambition consiste à afficher des hologrammes dans le monde réel, intéresse la Silicon Valley depuis plusieurs années, mais reste très secrète. Ses vidéos de concept lui avaient pourtant permis de lever près de 2 milliards de dollars auprès d’investisseurs prestigieux, tels Google, Alibaba et Qualcomm. Ses premières lunettes de réalité augmentée ont été commercialisées aux Etats-Unis en août, au prix de 2295 dollars.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)