Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Cinq bourses d’un montant de 100 000 francs chacune ont été distribuées à des jeunes entreprises par la Fondation W.A. de Vigier.
© Fondation W.A. de Vigier ©

Récompense

Les start-up vaudoises InVoli et SUN bioscience primées

La Fondation W.A. de Vigier a attribué, mercredi soir à Soleure, 500 000 francs à cinq jeunes entreprises innovantes

Depuis vingt-neuf ans, la Fondation W.A. de Vigier promeut l’entrepreneuriat et la capacité d’innovation en attribuant cinq bourses d’un montant de 100 000 francs chacune. Cinq start-up ont été primées, mercredi soir à Soleure. Parmi elles, deux jeunes pousses romandes: InVoli à Renens et SUN bioscience à Lausanne.

InVoli a développé des boîtiers placés sur des petites tours de contrôle. Ceux-ci sont capables de détecter des drones, avions ou hélicoptères. L’information est alors transmise aux pilotes de drone qui peuvent voir sur leur smartphone ou sur la tablette de contrôle de leur appareil les autres objets volant aux alentours, particulièrement ceux à basse altitude (en dessous de 600 mètres). «A terme, tout sera automatisé et les drones sauront automatiquement éviter les obstacles», explique Manu Lubrano, directeur d’inVoli.

Collision au Tessin

Il y a une semaine, un hélicoptère est entré en collision avec un drone au Tessin. «Ce type de problème sera de plus en plus fréquent. Il y a urgence à agir», poursuit Manu Lubrano, dont la technologie équipe déjà une dizaine d’antennes Swisscom entre Lausanne et Berne.

Lire aussi: La Suisse sera dotée d’un système anticollision entre drones et avions

L’autre start-up romande primée par la Fondation W.A de Vigier se nomme SUN bioscience. Cette société de biotechnologie fournit des plateformes de culture cellulaire de nouvelle génération. Issue de l’EPFL, elle s’est spécialisée dans la réalisation de cultures tridimensionnelles plus rapides, plus efficaces et plus reproductibles. SUN bioscience, dirigée par Sylke Hoehnel, espère optimiser la production et l’efficacité des médicaments. La start-up travaille sur les organoïdes, c’est-à-dire des cellules du patient issues de cellules souches.

Toutes zurichoises, les autres start-up primées se nomment Audatic, Myoswiss et Nanoleq. Audatic veut améliorer les appareils auditifs en filtrant, grâce à des méthodes d’intelligence artificielle, les bruits de fond. Myoswiss a développé des textiles adaptés aux personnes à mobilité réduite. Quant à Nanoleq, elle a conçu une nouvelle génération de câbles, avec une durée de vie beaucoup plus élevée.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)