Innovation

Des start-up vaudoises à la rencontre de pays émergents

Plusieurs jeunes entreprises sont parties au Mozambique et au Mexique afin d’évaluer le potentiel de ces marchés

Plusieurs jeunes pousses issues des pays émergents viennent chaque année à Lausanne pour se faire connaître, bénéficier de conseils et rencontrer d’éventuels clients et investisseurs. Le tout est chapeauté par l’organisation Seedstars dont la prochaine rencontre aura lieu le 12 avril prochain. En décembre dernier, et pour la première fois, deux délégations de start-up vaudoises ont fait le voyage inverse, sous la houlette de Seedstars. Des jeunes entreprises se sont rendues à Mexico et au Mozambique afin de prendre conscience du potentiel de ces marchés, de rencontrer des investisseurs et des entrepreneurs.

«Il n’y a pas que New York, la Silicon Valley et Shanghai. Le voyage au Mexique avec les sociétés vaudoises a permis d’éveiller les start-up aux problématiques spécifiques de l’Amérique du Sud, notamment dans des domaines comme la pollution, la nutrition, la médecine ou le système bancaire», explique Didier Schwarz, entrepreneur et conseiller chez Innovaud, l’agence d’innovation du canton de Vaud.

Il est parti avec Opticale the Game, active dans l’univers du jeu, WeGaw – une application qui permet de trouver des compagnons de randonnée ou de sports de montage – et Emotion Food, qui a créé un mélange d’algues et de graines pour gélifier des aliments mixés afin d'en reconstituer les formes originales. Elle vise notamment les maisons de retraite. Enfin, la start-up Kiwi était également du voyage au Mexique.

Ecosystème africain

Fondée en 2014, Kiwi propose une application pour petits commerçants. Il s’agit d’une solution pour smartphone faisant office de caisse enregistreuse et de terminal de paiement. Elle permet aussi aux micro-marchands de bénéficier de revenus additionnels, en vendant des produits et services qu’ils ne proposaient pas en magasin, tels que la recharge de téléphones prépayés. L’entreprise vaudoise, dont l’équipe technique est à Lausanne, a déjà ouvert un bureau à Mexico où se trouvent une vingtaine d’employés. «Nous avons plus de 6000 clients au Mexique et visons une expansion dans quatre pays émergents dans les années à venir, prévoit Christian Sinobas, directeur et cofondateur de Kiwi. Nous voulons que les microentrepreneurs puissent rester compétitifs dans le contexte actuel de numérisation. Ils sont les grands oubliés des secteurs financier et technologique.»

Trois start-up sont en outre parties au Mozambique, à savoir les sociétés Swiss Fresh Water, et Pristem. Alors que Swiss Fresh Water développe un système de traitement de l’eau décentralisé à faible coût, fonctionnant grâce à l’énergie solaire ou au réseau, Pristem a, de son côté, développé un appareil de radiographie adapté aux pays émergents. Enfin, Led Safari propose une lampe solaire à faible coût à fabriquer soi-même.

«L’Africa Regional Summit de Seedstars, qui s’est déroulé à Maputo au Mozambique, a permis à ces trois start-up vaudoises de se familiariser avec un écosystème d’entrepreneurs africains. Cette opportunité a contribué à accélérer leur compréhension du marché et à nouer de précieux contacts. Sur la base de cette première expérience, nous allons lancer un nouveau programme 2018 – en collaboration avec Seedstars – facilitant l’accès aux marchés émergents pour nos start-up vaudoises», a noté David Kappeler, chef de projet au Service de la promotion économique et du commerce du canton de Vaud (SPECo).

Publicité