Transport de chlore inchangé

L’accident de Daillens (VD) ne remet pas en question, chez Lonza, la stratégie de transport des matières dangereuses. «Je ne vois pas d’alternative à court terme au transport du chlore par voie ferrée en direction de l’usine de Viège», a indiqué Dominik Werner, porte-parole de Lonza, hier à Zurich.

Selon lui, «le site de Viège ne peut pas se passer des importations de chlore car de très nombreux produits fabriqués en Valais par Lonza en contiennent». La raison principale de ces transports est le coût de l’électricité, très avantageux en France, lieu d’importation du chlore. L’énergie, principal coût de production du chlore est 30 à 40% meilleur marché en France qu’en Suisse. Le stockage à Viège correspond aux besoins de production de deux à trois semaines. Une piste d’amélioration de la sécurité envisageable est l’augmentation des capacités de stockage à Viège afin de réduire la fréquence des transports de chlore à travers la Suisse romande.