Le fabricant d’implants dentaires bâlois Straumann a très légèrement accru ses ventes l’an dernier, de 0,2% à 737,6 millions de francs. Mais son bénéfice net a fondu de 10,4% à 131,1 millions durant l’exercice 2010.

Au niveau opérationnel, le résultat avant intérêts et impôts (EBIT) est ressorti à 164,3 millions de francs, en repli de 0,6% par rapport à 2009, a-t-il annoncé mardi. Compte tenu de ces résultats, Straumann proposera un dividende inchangé de 3,75 francs par action.

Effets de change négatifs Le groupe souligne qu’il a souffert d’effets de change négatifs «sans précédent» en raison de la force du franc face à l’euro et au dollar. Ainsi, en monnaies locales, son chiffre d’affaires a crû de 4,6%. Straumann se félicite d’avoir fait mieux que le marché dans un environnement qu’il juge difficile malgré la reprise.

Le moral des consommateurs est encore instable, note-t-il. Dans ce contexte, les traitements dentaires complexes et peu urgents sont facilement différés. Les cabinets dentaires n’ont d’ailleurs pas noté de hausse significative du nombre de leurs patients.

Stabilisation en vue

La région Europe, où Straumann exporte près de deux tiers de sa production, reflète cette situation. Le chiffre d’affaires y a reculé de 3,8% à 445 millions de francs. En monnaies locales, cela équivaut toutefois à une hausse de 3,2%. Le groupe entrevoit une stabilisation du marché, comme l’indique une amélioration des ventes en cours d’exercice.

Les ventes en Amérique du Nord - un cinquième des affaires du groupe - ont en revanche progressé de 6,1% pour atteindre 164,7 millions. Porté par une croissance dynamique en Chine et en Corée, le chiffre d’affaires en Asie a augmenté de 5,5% à 100 millions.

Après avoir légèrement réduit le nombre de ses collaborateurs en 2009, Straumann a renforcé ses effectifs en 2010. A la fin décembre, il employait 2361 personnes, soit 190 de plus qu’une année auparavant. Straumann possède un site de production en Suisse romande, à Villeret (BE), sur lequel travaillent 360 personnes.

Action en léger recul

Pour l’exercice en cours, Straumann mise sur une poursuite du rétablissement de ses principaux marchés, pour autant que la conjoncture reste positive. La force du franc continuera vraisemblablement à peser sur les bénéfices, mais le groupe se dit confiant de pouvoir dégager une marge opérationnelle (EBIT) de l’ordre de 20%, après 22,3% cette année.

En fin de matinée, l’action Straumann reculait légèrement (-0,5%) à la Bourse suisse dans un marché en hausse de 0,4%. Les analystes ont salué la prestation opérationnelle et la bonne tenue des affaires au quatrième trimestre. Ils ont en revanche regretté la prudence de la direction dans ses prévisions et le fait qu’aucun rachat d’action propres ne soit programmé.