Son slogan fleure bon les années 1990, juste avant l’éclatement de la bulle tech. «Notre mission est d’augmenter le PIB d’internet», affirme, sans modestie aucune, Stripe sur son site. Inconnue du grand public, la multinationale californienne est pourtant au cœur des paiements sur le web. L’entreprise, créée en 2011, affirme que 90% des Américains ont déjà réalisé un achat auprès d’une entreprise utilisant ses services de paiement. Dimanche, Stripe a annoncé que la levée de 600 millions de dollars lui offrait une valorisation de 95 milliards de dollars.

Avec ce chiffre, Stripe est aujourd’hui la start-up ayant le plus de valeur aux Etats-Unis. Elle est le symbole de l’explosion des achats en ligne, accélérés bien entendu par la pandémie. Et la société ne manque pas d’ambitions. «Si Stripe traite déjà des centaines de milliards de dollars par an pour des millions d’entreprises dans le monde entier, l’opportunité à venir est beaucoup plus grande pour nous qu’elle ne l’était lorsque la société a été créée il y a dix ans», affirmait dimanche dans un communiqué Dhivya Suryadevara, directrice financière de Stripe. Selon elle, son entreprise «investit dans l’infrastructure qui fera tourner le commerce sur internet en 2030 et au-delà».