Succès de Debiopharm pour un anti-infectieux

Pharma Le Debio 1450, qui agit contre les staphylocoques, devrait être vendu d’ici à cinq ans

Face à la menace de résistance antibiotique et au délaissement de ces traitements ces dernières années par les sociétés pharmaceutiques, les autorités américaines ont proclamé, il y a deux ans, le GAIN Act (Generating Antibiotics Incentives Now), qui soutient la recherche de nouveaux médicaments antibactériens. Le groupe lausannois Debiopharm a annoncé hier en bénéficier.

La Food and Drug Administration (FDA) américaine a accordé un statut spécial au Debio 1450 du groupe lausannois pour le traitement des infections bactériennes aiguës de la peau et des structures cutanées. «Il s’agit d’un agent anti-infectieux puissant qui agit contre toutes les souches de staphylocoque doré, y compris les résistantes», précise David Deperthes, vice-président Business development & licensing chez Debiopharm.

La FDA va ainsi accélérer les procédures d’homologation de cette molécule, qui aura droit à une exclusivité de vente pendant cinq années supplémentaires aux Etats-Unis. «Actuellement en phase I chez des volontaires sains, la molécule va rapidement entrer en phase clinique II et sera sur le marché d’ici à cinq ans», prévoit David Deperthes.

Huit antibiotiques prévus

Ces derniers mois, Debiopharm a multiplié les annonces de progrès dans ce domaine thérapeutique relativement nouveau pour lui depuis le rachat, en février, des actifs de la petite société canadienne Affinium et de sa plateforme Fabiotics. «Notre objectif est de lancer environ 8 programmes en vue d’amener sur le marché de nouveaux antibiotiques. Chaque traitement s’attaquera de manière ciblée à une bactérie pathogène spécifique», prévoit David Deperthes.

Si Debiopharm a décidé d’investir dans ce domaine, c’est parce que la résistance aux antibiotiques va augmenter. Selon l’OMS, en ­Europe et aux Etats-Unis, 50 000 décès par an sont dus à des multirésistances bactériennes impossibles à soigner, notamment en milieu hospitalier, comme certaines infections nosocomiales.