Environnement

En Suède, les entreprises préfèrent le train à l'avion

Le mouvement «flygskam» – la honte de prendre l’avion pour des raisons environnementales – touche aussi le monde du travail en Suède

Sur le quai de la gare de Stockholm, à 5h53, il y a foule pour prendre le premier train express pour Göteborg, la deuxième ville du pays. Un défilé d’hommes en costume et de femmes en tailleur, mallette à la main, qui sitôt assis vont ouvrir leur ordinateur et préparer leur prochaine réunion, puis refermer leurs dossiers une fois que le train sera arrivé en gare, trois heures plus tard.

Le train se porte bien en Suède. Le flygskam (la honte de prendre l’avion pour des raisons environnementales), qui a fait baisser de 10% la fréquentation des vols intérieurs, a profité au rail. Les Suédois prennent de plus en plus le train: pour leurs vacances, mais aussi, ce qui est nouveau, pour leur travail. «Si vous faites Stockholm-Göteborg en avion, c’est une heure de vol, avec juste une petite tablette pour poser son ordinateur, à laquelle il faut ajouter le trajet vers l’aéroport et l’attente, au départ comme à l’arrivée, soit un total de trois heures, constate Per Lundmarck, de SJ, la compagnie nationale suédoise. C’est comme le train, sauf que nos wagons première classe offrent un vrai espace de travail, avec wifi, petit-déjeuner inclus, et vous arrivez en centre-ville!»