Nouveau contrat entre Moderna et la Confédération. La biotech américaine s’engage à livrer à la Suisse 7 millions de doses de son vaccin contre le Covid-19 au début de 2022, ont annoncé l’OFSP et Moderna jeudi. Berne se garde une option sur un lot supplémentaire de 7 millions dans la deuxième partie de l’an prochain ou au début de 2023.

Ce contrat vise notamment à protéger les Suisses de certaines mutations du coronavirus, la firme de Boston travaillant sur un vaccin de rappel qui agit aussi contre les variants. L’Institut suisse des produits thérapeutiques, Swissmedic, devra préalablement autoriser ce nouveau produit de Moderna.

Moderna, le principal partenaire

Berne collabore à ce jour avec cinq fabricants de vaccins contre le Covid-19: Moderna (qui doit lui livrer 13,5 millions de doses en 2021 plus celles annoncées jeudi pour 2022), Pfizer/BioNTech (6 millions), AstraZeneca (5,3 millions), Curevac (5 millions) et Novavax (6 millions).

Les solutions de Moderna, produites à Viège (VS) notamment par le bâlois Lonza, et de Pfizer/BioNTech sont actuellement distribuées dans les cantons. Le vaccin d’un autre fabricant, Johnson & Johnson, a aussi été homologué par Swissmedic mais la Suisse ne l’a pas commandé. Les produits d’AstraZeneca, Curevac et Novavax attendent le feu vert de Swissmedic.

Lire aussi: Notre suivi logistique du déploiement des vaccins

Le recours à plusieurs fabricants vise à garantir un nombre suffisant de doses de produits autorisés même en cas de difficultés de livraison, selon l’OFSP, alors que Moderna a, en février et en avril, accusé de légers retards. A ce jour, la Suisse a reçu 3,7 millions de doses, selon l’OFSP.

«La Suisse dispose en 2021 de suffisamment de doses, y compris pour vacciner les enfants et les adolescents, pour autant que les produits concernés soient autorisés pour ces groupes», indique d’ailleurs l’institution dans son communiqué publié jeudi. «En 2022 également, elle recevra assez de doses pour proposer une très haute protection vaccinale à l’ensemble de la population.» La Confédération se dit prête à remettre à d’autres pays les doses qu’elle a commandées et dont elle pourrait ne pas avoir besoin.