Investissements

La Suisse attire à nouveau: moins de délocalisations et plus d’implantations

Le site économique suisse a le vent en poupe. Les offices de promotion accumulent les succès. Et, selon un sondage auprès de 331 entreprises, de moins en moins de groupes parlent de délocaliser

Les signaux positifs s’accumulent. Une entreprise exportatrice sur cinq prévoit de délocaliser une partie de ses activités alors que la relation était d’une sur quatre il y a un an, selon le sondage auprès de 331 exportateurs réalisé par la HES de Berne et l’assureur Euler, et publié jeudi.

Moins touchées par le franc fort

Le franc ne baisse pas vraiment, mais seules 36% des entreprises se disent «fortement touchées» par le franc fort contre 55% l’an dernier, indique l’étude. Enfin, 16% des sondées augmentent le temps de travail pour un salaire identique, contre 22% il y a un an. Le processus de délocalisation ne devrait naturellement pas disparaître à court terme. «La Basler Zeitung explique qu’il faut compter trois ans entre la formulation de l’idée du déplacement d’activités à l’étranger et sa réalisation.

A lire aussi: Xi Jinping a évoqué l’implantation des banques chinoises à Genève

Dans l’autre sens, celui des arrivées d’entreprises en Suisse, les clignotants sont également passés au vert. Greater Zurich Area (GCZ), l’organisation de promotion de la région zurichoise, a annoncé l’implantation de 101 entreprises étrangères en 2016. C’est la première fois depuis 2010 que la barre des 100 nouvelles installations est franchie. Les arrivants prévoient jusqu’à 1500 créations d’emplois ces cinq prochaines années.

A lire aussi: Moins d’implantations étrangères en 2015

La liste comprend des entreprises des sciences de la vie telles que Alnylam Pharmaceuticals, laquelle place son centre européen à Zoug, et Cardinal Health. Spécialisée dans les techniques médicales, cette dernière a choisi Zoug pour le centre mondial de sa filiale Cardinal Health Cordis. La répartition géographique des nouveaux arrivés dans la région zurichoise montre que 30 sociétés proviennent d’Europe, 31 des Etats-Unis et 9 de Chine.

50% d’augmentation à Bâle

A Bâle également la tendance est positive. Les implantations ont augmenté de 50% pour atteindre 36 en 2016. Ces dernières prévoient la création de 600 emplois ces trois prochaines années.

A lire aussi: Le non à la RIE III pourrait pousser Solaxess à délocaliser

«Nous constatons que les entreprises étrangères, après des années d’incertitudes, choisissent à nouveau la Suisse plutôt que ses principaux concurrents», a déclaré à la HandelsZeitung Eric Jakob, directeur auprès du Secrétariat d’État à l’économie.

Publicité