La consommation de gaz a baissé de 20% au cours des deux derniers mois en Suisse, déclare Bastian Schwark, le chef du domaine énergie à l’Office fédéral pour l’approvisionnement économique du pays. Selon lui, les entreprises ont réagi à la hausse des prix. «La Suisse est actuellement en bonne voie, mais l’alerte ne peut pas encore être levée pour l’hiver», ajoute
Bastian Schwark dans un entretien diffusé mercredi par la Neue Zuercher Zeitung.

Les réserves de gaz en Allemagne sont remplies à près de 90%. «C’est une bonne position de départ, car la Suisse achète environ 70% de son gaz à l’Allemagne», rappelle-t-il. L’Allemagne ne pourra cependant pas passer l’hiver avec ses seuls stocks, tempère-t-il. «Il faut un afflux constant de gaz pour couvrir la consommation plus élevée pendant la saison froide».

Lire aussi: «Je suis dubitatif lorsque je vois deux conseillers fédéraux qui expliquent comment cuire des œufs»

Plus de danger avec le gaz

Les efforts faits par les pays européens pour développer des sources alternatives ne compenseront qu’une partie du gaz qui arrive par le gazoduc Nord Stream I, poursuit-il. «Dans un scénario idéal, l’Europe pourrait passer l’hiver sans intervention dure grâce à ses nombreux efforts, mais si l’hiver est froid, la partie sera serrée». Le responsable explique que sa mission est de préparer la Suisse à une situation difficile. «Les circonstances peuvent se dégrader à tout moment. Il faut alors savoir ce qu’il faut faire.»

Selon lui, une situation de pénurie est plus probable avec le gaz qu’avec l’électricité. Elle serait perceptible dès que l’offre de gaz ne couvre plus la demande. «Il est donc très important que du gaz russe soit toujours transporté vers l’ouest via un gazoduc passant par l’Ukraine. Il fournit actuellement autant de gaz que Nord Stream I à pleine charge.»

Lire également: Pour économiser de l’énergie, l’administration fédérale en restera à 20 °C à l’intérieur et coupera l’eau chaude