Au début du mois, Me Jacques Roulet fustigeait le Ministère public de la Confédération (MPC) dans l’affaire dite du Dieselgate. L’avocat genevois représente 500 plaignants qui attaquent en justice le groupe Volkswagen et AMAG, l’entreprise commercialisant ses véhicules en Suisse. Il reproche au MPC sa lenteur dans l’instruction du dossier.