L’enthousiasme pour la blockchain et les cryptoactifs ne doit pas empêcher d’examiner le phénomène avec un esprit critique. Certaines sociétés se lancent dans des projets plus ou moins compréhensibles et essaient de leur donner une légitimité simplement en faisant référence au fait qu’elles comptent utiliser la blockchain ou émettre des actions sous forme de tokens. La presse, malheureusement, se fait souvent l’écho admiratif de ces initiatives, dont on n’entend plus parler par la suite. Pire encore, une société suisse indique sans vergogne sur son site internet qu’elle tokenise des immeubles, ce qui est tout simplement juridiquement impossible.

Lire aussi: Pas de «Lex blockchain» en Suisse